AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 121
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Lun 17 Avr - 16:46

On aurait pu croire que la seconde rentrée en tant qu’assistant serait plus aisée que la première mais il n’en était rien. Comme l’année précédente, il s’était senti dépassé par le nombre de choses à gérer à la fois : accueillir les premières années, prévenir les cinquièmes et septièmes années que la charge de travail serait doublée à cause du passage des BUSEs et ASPICs, séparer les premières disputes de l’année, préparer les premiers cours avec Luc … Et tout cela sans compter le retour au quotidien d’un professeur d’internat car étrangement les rondes de nuit, corrections de copies et autres joies du métier ne lui avaient nullement manqué durant les deux mois d’été. Parfois c’était à se demander si le jeu en valait la chandelle…

Néanmoins, quand il se souvenait de la joie ressentie chaque premier septembre lorsqu’il fallait retourner à Poudlard pour une année d’études de plus, il se rappelait que son métier avait un sens : celui de rendre l’expérience de chacun de ses élèves aussi agréable et enrichissante que possible. Et ce qu’il s’agît d’une Gryffondor de septième excellant en Métamorphose ou d’un Serdaigle de deuxième année fondant en pleurs à l’idée même de blesser le hérisson qu’il était chargé de transformer en pelote d’épingles. Ou en l’occurrence d’un Serpentard de cinquième année arrivant tout droit de Beauxbâtons et requérant un guide du château.

La requête était venue directement de la Directrice. Apparemment la tâche d’expliquer le fonctionnement de Poudlard au jeune d’Avezac aurait dû retomber sur ses préfets et ce d’autant plus qu’il était en cinquième année et par conséquent proche d’eux en âge mais ces derniers étaient eux aussi submergés de responsabilités avec le début du trimestre. McGonagall avait par conséquent demandé à Aristide McKlint d’assumer son rôle de Directeur des Verts et Argent mais tout le monde savait que, pour tout le respect qu’on pouvait porter au professeur d’Astronomie, sa tendance à parler en rimes ne facilitait pas la compréhension de ses propos. Or, selon les informations recueillies par Teddy, Aurèle d’Avezac avait déjà un anglais chancelant donc lui imposer en tant que guide un quarantenaire asocial parlant en rimes par-dessus le marché aurait été tout bonnement cruel. L’ex-Poufsouffle s’était donc tout naturellement proposé pour aider le jeune Français à s’intégrer. Outre sa tendance débonnaire, il avait en effet encore quelques restes des cours de langue française qu’Andromeda lui avait imposés lors de son enfance. Et non ses révisions récentes n’avaient rien à voir avec une certaine rousse que nous ne nommerons pas, d’abord !

Quoiqu’il en fût, il attendait désormais Aurèle en salle des professeurs en ce premier samedi matin de septembre. Pour ne pas trop brusquer l’adolescent et profiter lui-même d’une grasse matinée bien méritée, il avait en effet fixé le rendez-vous à 11h et avait pris le temps de se sustenter à foison lors d’un petit-déjeuner tardif dans la Grande Salle. Il s’était par la suite rendu directement en salle des professeurs au cas où le cinquième année arriverait en avance. Il restait néanmoins cinq minutes et toujours aucun signe du Français. Ce qui ne lui posait aucun problème, lui-même n’ayant jamais été un grand adepte de la ponctualité jusqu’à devenir assistant. Et puis cela lui offrait la possibilité de discuter un peu avec Logan pour savoir ce qu’il avait fait de ses vacances. En effet, malgré le fait de n’avoir jamais pratiqué l’Arithmancie, il avait dès le premier jour accroché avec son aîné chez les Noir-et-Or. Et, non, pour les mauvaises langues, leur gourmandise n’était pas leur seul point commun !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Date d'inscription : 22/03/2017
avatar
Aurèle d'Avezac
MessageSujet: Re: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Mar 18 Avr - 1:09

Aurèle était d’une humeur massacrante. Il avait l’impression d’avoir atterri sur une planète étrangère où il était acceptable que quelqu’un de sa condition partage sa chambre avec trois autres garçons qui n’avaient pas hésité à ronfler toute la nuit et à laisser traîner leurs chaussettes sales. La veille, il avait boudé toute la soirée derrière les rideaux de son lit à baldaquin en essayant d’écouter les conversations des autres garçons  et de démêler leur horrible accent britannique. Il avait regretté toute la nuit son ancienne école perdue dans les montagnes pyrénéennes sur le toit de laquelle il ne pleut presque jamais. Il avait beaucoup pensé à ses amis qui devaient s’être retrouvés et qui devaient bien rire ensemble, sans lui. Et puis il avait froid aux pieds. Et puis il avait oublié sa crème de nuit. Et puis l’eau d’ici avait un goût bizarre, les jardins étaient mal entretenus, personne ne connaissait son nom et donc personne ne savait qu’il était spécial, son dortoir était sous un LAC qui ne laissait pas passer le soleil et puis il avait constamment l’impression d’être épié par il ne savait quelle sirène ou autre bestiole magique à travers les fenêtres qui donnaient sur l’eau noire.

Il avait dû en plus de ça se lever un samedi matin parce qu’il ne savait plus quel adulte lui avait fait comprendre qu’il devait se rendre à 11 heures à la salle des professeurs (dont il avait oublié la localisation dans ce château où toutes les pierres se ressemblaient et où quelqu’un avait trouvé malin d’enchanter les escaliers pour qu’ils bougent) pour y faire il ne savait quoi. Normalement il serait habilement resté dans son lit et aurait prétendu ne pas avoir compris ce qu’on lui disait mais sa mère en garant la calèche devant les grilles du château (il avait cru comprendre que les autres élèves venaient en train, bande de paysans) l’avait supplié de faire profil bas quelques semaines, le temps que son père retombe sur ses pattes.

Aurèle avait par chance pu profiter seul des salles de bain communes (des salles de bain communes, mais où on allait ?) (Pas étonnant qu’il n’y ait eu personne, on était samedi matin, les gens dormaient) (Il faudra qu’il prévienne les autres élèves qu’ils devraient déserter la place trente minutes tous les autres matins pour qu’il puisse se laver tranquillement et en toute intimité).

La véritable épreuve commença quand il dû se rendre dans l’immense salle à manger. Après avoir dû se retrouver dans ce qui était littéralement un labyrinthe de tunnels sombres et froids et monté un nombre incalculable de marches, il parvint à la salle avec les grandes tables et le plafond magique (ce qui aurait pu avoir été une bonne idée, si ledit plafond avait été ensorcelé pour représenter le ciel du sud de l’Italie, pas celui du nord du Royaume Uni). Peu de personnes étaient présentes, ce qui était une bonne chose puis qu’Aurèle avait un gros doute sur la table à laquelle il était supposé s’asseoir. C’était celle tout à gauche, mais en fonction de quand on était face à la porte ou face au mur du fond ? La veille il y avait des drapeaux colorés pour l’aider mais ils avaient tous été retirés pendant la nuit. Le jeune homme décida finalement d’enlever sa cravate et de rentrer la tête dans les épaules en priant pour que personne ne le remarque. Bien content d’avoir atteint son premier but de la journée Aurèle s’intéressa à la nourriture qui était sur la table. Et décida immédiatement d’écrire à ses parents pour être scolarisé n’importe où ailleurs. Il n’y avait ni croissant, ni pain au chocolat, ni tartine, mais les cuisiniers avaient trouvé le moyen de faire des œufs pochés, des haricots sucrés et des saucisses ? Et il pouvait trouver sur la table quatorze million de variétés de thé différentes et du jus de citrouille, mais pas une goutte de café.

Dégouté par son horrible destinée c’est le ventre noué qu’Aurèle quitta la table et s’engagea dans les couloirs du château.

Au bout de quinze minutes d’errance désespérée il s’arrêta et s’assit par terre contre un mur. Il leva les yeux et se mit à observer les très nombreux tableaux accrochés à même la pierre. C’est alors que dans un sursaut, il reprit espoir. Là, tout là-haut, dans un petit cadre doré dormait un personnage qu’il connaissait bien.  Aurèle sortit sa baguette et lança son sort préféré : « - Accio ! » D’un geste souple et entrainé il attrapa la peinture dont l’occupant venait de se réveiller en sursaut. « Qu’est-ce que c’est que ces manières ! On n'a pas idée de secouer comme ça les œuvres d’art ! C’est que je suis une relique, moi, et qui mérite la plus grande … »  « - Monsieur Flamel, je suis vraiment désolé de vous déranger, le coupa Aurèle en français, c’est que je suis perdu, et puisque vous habitez le château … » « - Tiens, un compatriote, répondit l’homme qui était représenté dans la fleur de son très grand âge, et en quoi puis-je vous aider ? » « – Je cherche la salle des professeurs Monsieur, j’y ai rendez-vous. » « – Très bien jeune homme, prenez donc cette direction … »

En chemin il ne manqua pas de passer plusieurs accord avec son nouvel ami, qui pouvait voyager dans les nombreux tableaux le représentant éparpillés dans tout le palais de Beauxbâtons et ainsi lui donner des nouvelles régulières de ses anciennes fréquentations, et qui était capable de passer inaperçu à Poudlard, caché au milieu des autres tableaux, ce qui pouvait toujours être utile. En échange de quoi Aurèle lui fournirait  un cadre neuf, et il promit d’apprendre la technique de peinture magique pour dessiner au vieil homme une bouteille de bon vin.

C’est ainsi qu’Aurèle parvint à destination d’une humeur un peu moins massacrante. Il était en retard d’une petite dizaine de minutes mais trouvait ça bien légitime après tous les efforts qu’il avait dû fournir avant même le début de l’après-midi.  Il rangea le petit tableau au fond de sa poche intérieure, renoua sa cravate, se redressa et frappa à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 121
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Re: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Dim 23 Avr - 20:41

Totalement engoncé dans sa discussion avec Logan, il n’avait pas vu le temps passer et, lorsqu’on frappa à la porte, il en fut presque surpris. Il se reprit néanmoins rapidement et constata que si l’élève derrière le chambranle était bien le Serpentard qu’il attendait, le Français n’avait que dix minutes de retard. Rien qui lui semblât digne de remontrances pour un simple rendez-vous informel donc. Et ce encore moins pour un élève qui maîtrisait sûrement encore mal les subtilités des couloirs du château puisque c’était là tout l’intérêt de leur visite. Il s’excusa donc auprès de son compagnon, adressa un signe de la tête à Hope et Neville en pleine discussion également, et se dirigea vers la porte de la salle.

Lorsqu’il l’ouvrit, il trouva devant lui un adolescent relativement élancé avec les mains dans les poches et une attitude dénotant clairement une éducation aristocratique. Il n’aurait su dire si c’était la façon de se tenir, quelque chose dans son regard ou tout bonnement la qualité de son uniforme mais tout chez lui criait « Noblesse ! ». Ayant été élevé par une Sang-Pur, Ted savait en effet quand il se trouvait face à quelqu’un issu des hautes sphères de la société que celle-ci fût moldue ou sorcière. Après tout, pour autant qu’Andromeda fût tombée sous le charme d’un Né-Moldu et ait abandonné toutes les croyances des Blacks derrière elle, elle n’en était pas moins restée une aristocrate dans l’âme. Sa façon de marcher, de parler, tout chez elle manifestait ses origines. Et, à vrai dire, elle n’avait jamais vraiment fait d’efforts pour se débarrasser de ses manières car elle avait toujours dit qu’elle n’avait pas plus honte d’être une Black qu’elle n’avait honte d’être une Tonks. Selon elle, il n’y avait rien à regretter dans son ascendance. Les opinions de ses proches n’enlevaient rien à la valeur de son nom. C’était à elle de prouver qu’on pouvait parfaitement être une Black et fréquentable.

Et autant dire qu’elle n’avait pas eu grand-mal à convaincre son petit-fils qui, s’il détestait les snobs et autres personnes convaincues de leur supériorité qu’elle qu’en fut la raison, ne voyait pas de raison particulière d’en vouloir aux gens bien nés. Tout comme un Né-Moldu ne choisissait pas sa famille, un Sang-Pur ne le faisait pas plus. Ainsi, il ne s’agaça pas de l’attitude de l’adolescent. De toute façon, s’il se faisait une impression avant même de lui adresser la parole, il serait un bien piètre éducateur.


-Aurèle d’Avezac je présume ?

Sa prononciation du nom français était parfaite. En effet, s’il avait oublié l’essentiel de la grammaire – d’où entre autres son choix de prendre le français comme mineure au moment de s’inscrire par correspondance à Nobby Leach cette année – les pénibles heures passées au cottage à apprendre à prononcer correctement les mille et un sons que les Français s’acharnaient à inventer pour leur langue diabolique ne disparaissaient pas si facilement. Il était donc capable de donner l’impression de maîtriser à merveille la langue de Molière alors qu’il avait en réalité oublié jusqu’à comment demander son chemin. S’il était honnête avec lui-même, lui qui était le premier à critiquer les snobs, cela lui donnait clairement un petit côté hautain. Du style « moi je ne prononce pas comme le peuple Madame ! ». Il aurait néanmoins préféré s’arracher la langue que le reconnaître.

-Je suis Edward Lupin, l’assistant du professeur de métamorphose. On m’a chargé de te faire visiter le château pour faciliter la transition. L’idée est de te permettre de te familiariser avec les lieux avant que l’année ne commence vraiment et que tu ne sois submergé par le travail. Puisque je suppose qu’on t’a déjà expliqué mais, contrairement à Beauxbâtons, ici tu auras un premier examen cette année avant l’examen final en septième année.

Réalisant que lui faire un discours alors qu’ils se tenaient encore sur le seuil de la salle des professeurs n’était probablement pas le plus approprié, il sortit définitivement, refermant la porte derrière lui.

-Si je parle trop vite ou que tu ne comprends pas quelque chose, n’hésites pas à me le dire. Je suppose que le passage à l’anglais n’a pas dû être facile, je sais qu’à ta place, si je m’étais retrouvé propulsé en France, j’aurais été bien embêté.

Réalisant qu’il s’adressait au jeune homme de manière très informelle pour un assistant, il précisa.

-Désolé pour le côté informel de l’échange. Après un an, j’ai encore du mal à appeler les élèves par leur nom de famille. En classe, je m’y tiens, mais en dehors de cours, il n’est pas rare que je vous appelle tous par votre prénom. Si ça te pose un problème, je ne me vexerais cependant pas. Bref, assez parlé, par où tu veux commencer ?  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Date d'inscription : 22/03/2017
avatar
Aurèle d'Avezac
MessageSujet: Re: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Sam 29 Avr - 0:23

La porte s'ouvrit et Aurèle fit un beau sourire avenant et chaleureux.  Dans l'encadrement se tenait  un homme plutôt jeune, débraillé et maigrichon. Ses cheveux étaient tout ébouriffés, pas artistiquement comme les siens, qui étaient naturellement parfaits et dont le style chic-négligé avait demandé dix minutes à peine de préparation … Et puis il arborait un sourire complètement niais. Quand à ses vêtements, ils étaient …

-Aurèle d'Avezac ?

Aurèle sentit monter un profond et fort sentiment de reconnaissance. En effet, en deux jours, cet étrange personnage était le premier à ne pas faire de son nom une soupe immonde. Ces andouilles de britanniques semblaient avoir un vrai problème avec la lettre R. Du coup, ils l'appelaient tous Auwèle, Auwèle, Auwèle, oh well … La moitié du temps, le garçon ne se retournait même pas. Peut être que tout n'était pas perdu… Le jeune homme qui finalement n'était pas si mal habillé que ça se mit à dérouler un discours interminable qu'Aurèle écouta d'un air attentif assortit d'une oreille distraite sans vraiment chercher à en démêler le sens, quand soudain un mot en particulier retint son attention.
STOP.
STOP,
STOP,
STOP.
Un examen ?Quel examen ? Le jeune français sentit son grand sourire pâlir et glisser de son visage. Quand le professeur (il n'avait pas une tête d'enseignant, mais il sortait de la  salle qui leur était réservée, donc dans le doute …) lui demanda par quoi il voulait commencer, Aurèle bredouilla.

- Il, il, il y a un examen cette année ? Est ce que c'est un examen important ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 121
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Re: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Dim 14 Mai - 19:59

Ah. Le gamin n’était pas au courant pour les BUSEs. Il aurait dû s’en douter dans le fond. Après tout, même si chaque professeur commençait toujours son premier cours avec les cinquièmes années par parler des BUSEs, pour un étranger leur nom… original n’aidait pas à comprendre qu’il s’agissait d’un examen. Or comme, d’après les dires de Fleur, les Français avaient un premier examen en fin de quatrième année et un deuxième en fin de scolarité, Aurèle n’avait aucune raison de croire qu’il serait à nouveau soumis à contrôle cette année. Ce qui allait néanmoins être le cas…de quoi le mettre fort en joie, nul doute là-dessus. Le voilà qui en tremblait déjà d’émotion…

Teddy, sentant la panique monter chez le Serpentard, choisit donc de commencer par calmer ses inquiétudes. Bien entendu, il ne pourrait pas lui mentir – les BUSEs étaient une étape très importante dans la carrière scolaire de tout élève de Poudlard puisque les résultats déterminaient les matières que l’on pouvait suivre jusqu’aux ASPICs – mais il pouvait néanmoins le rassurer sur le temps qui lui restait pour se préparer.


-Oui, tu auras un examen en fin d’année : le Brevet Universel de Sorcellerie Elémentaire ou BUSE en plus court. Tu en passes un dans chacune de tes matières et si tu n’atteins pas au minimum la note Acceptable tu ne peux continuer cette matière en sixième et septième année. Autrement dit, étant donné que, pour pouvoir entrer dans certains cursus universitaires, il faut avoir suivi certaines matières jusqu’à l’examen de septième année, c’est important de bien travailler.

Réalisant que les Français notaient avec un système numéral et non pas des appréciations et que le cinquième année ne comprenait sûrement pas à quoi correspondait un Acceptable, il s’empressa de préciser.

-Avoir un Acceptable signifie avoir la moyenne. Si je compare au système français, ça serait l’équivalent d’un… d’une note entre 10 et 12. Enfin je crois.

A vrai dire, à part quelques conversations avec Mrs Weasley sur l’époque de ses études, il ne savait pratiquement rien sur Beauxbâtons. De ce qu’il avait retenu, l’école était quelque part dans les montagnes au sud de la France et, contrairement à ce que pensaient beaucoup de Britanniques, il n’y avait pas que des Français mais un certain nombre d’élèves d’autres nationalités aussi, notamment des Espagnols et des Italiens. Apparemment pour faciliter la compréhension, il était courant que les professeurs distribuent des potions polyglotte avant le début des cours aux élèves ne parlant pas la langue dans laquelle ils enseignaient. Il y avait aussi des cours de langue mais Fleur disait que c’était le temps que tout le monde se mette au niveau. Quoiqu’il en fût, le système devait supposer un budget potions particulièrement élevé !

Après tu as toute l’année devant toi et si tu as besoin de te remettre à niveau dans une matière que tu n’aurais pas étudié à Beauxbatons il suffit de demander.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Date d'inscription : 22/03/2017
avatar
Aurèle d'Avezac
MessageSujet: Re: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Jeu 18 Mai - 22:47

Un autre examen, et on pouvait parier que les sujets seraient en anglais en plus. Bon, au bout d'un moment ça allait bien. Non seulement ce château était une aberration architecturale sans nom, mais en plus apparemment, ils étaient tous tarés dans ce ministère de l'éducation, deux examens d'affilé, qu'on ne compte pas sur lui, c'était mort, il n'y avait aucun moyen qu'il … Aurèle essayait de maîtriser ses expressions mais il sentait bien son visage dégringoler et ses yeux s’écarquiller. Il mit une énergie sans nom à comprendre ce que l'homme en face de lui lui disait.

« Oui, tu auras un examen en fin d’année : le Brevet (?) de Sorcellerie (?) ou BUSE en plus court. Tu en passes un dans chacune de tes matières et si tu n’atteins pas au minimum la note Acceptable tu ne peux continuer cette matière en sixième et septième année. Autrement dit, étant donné que, pour pouvoir entrer dans certains (?) universitaires, il faut avoir suivi certaines matières jusqu’à l’examen de septième année, c’est important de bien travailler. »

Bon, et bien tant pis. Après tout, il n'avait pas vraiment envie d'aller à l'université. Et puis s'il ratait dans toutes les matières, il pourra avoir un emploi du temps super léger l'année prochaine … Super … Il allait être le débile de la famille. Il était le plus jeune et le dernier à devoir faire ses preuves et ça n'allait jamais arriver. Tous ses cousins allait se moquer de lui. Il ne serait plus le préféré de ses grands parents. Sa vie était finie. Aurèle baissa les yeux et laissa le professeur parler. Il disait quelque chose à propos d'avoir la moyenne. Il fallait qu'il réunisse dix à douze points. C'est ce qu'il faisait facilement dans son ancienne école, quand il ne intéressait pas à la matière (donc systématiquement) et qu'il devait y aller au talent (et du talent, il en avait des tonnes) … Mais il comprenait tous les cours ! Il suffisait qu'il vienne pour que les mots et les concepts s'impriment tous seuls dans son cerveau. Et venir en cours, il n'y avait un peu que ça à faire quand on était en internat, donc ça ne lui demandait même pas tellement d'effort … Mais bon. là, tous les sons qui sortaient de la bouche de tout le monde formaient un soupe immonde qui ne correspondaient pas du tout à ce qui était écrit (reparlons de la lettre R, ou de son absence, cette espèce de tentative de roulement de gorge avortée). Et les gens parlaient plus vite qu'il ne pouvait prendre de notes.

« Après tu as toute l’année devant toi et si tu as besoin de te remettre à niveau dans une matière que tu n’aurais pas étudié à Beauxbatons il suffit de demander. »

Le professeur avait fini de parler et Aurèle avait toujours les yeux baissés. Pendant qu'il lutait contre le désespoir un drôle de silence s'installa dans le couloir. Le jeune garçon s’aperçut qu'il avait arrêté de respirer, et il se sentait pathétique, et il était Aurèle Lysandre Titus d'Avezac du Château Noir du Pont Tordu, merde ! Il renversa la tête en arrière et pris une profonde inspiration qui se termina en petit rire nerveux et silencieux. Il regarda le professeur dans les yeux (il avait beaucoup grandi pendant l'été et il n'était pas beaucoup plus petit que l'adulte) et soupira. Puis, brusquement, il fit volte-face, traversa le couloir à grandes enjambées décidées, atteignit l'escalier, s'assit sur le deuxième marche, croisa ses bras, et se mit à bouder.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 121
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Re: [Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]   Dim 4 Juin - 13:22

Dans un premier temps, il eut l’impression que le Serpentard faisait une crise d’angoisse. Yeux fixés au sol, il semblait s’être arrêté de respirer. N’ayant jamais eu à gérer une situation pareille, Ted commença à réviser mentalement tout ce qu’il savait sur la meilleure façon de faire face à la panique. Dans l’ordre des priorités, sa première action devait être de réussir à faire de nouveau respirer l’élève. Tout le reste était secondaire. Tant que le Français ne reprendrait pas sa respiration, il ne pourrait rien pour lui. Se souvenant des conseils prodigués par Harry lorsqu’il avait failli s’étouffer en voulant avaler trop de Chocogrenouilles d’un seul coup à dix ans, il s’apprêtait à exagérer sa respiration pour qu’Aurèle puisse se caler sur ses inspirations et expirations. Néanmoins, ce dernier choisit cet exact moment pour se prendre en main et inspirer profondément avant de pousser un ricanement dont la nervosité était évidente. Ted n’eut cependant pas le temps d’essayer de comprendre la raison de la gêne du cinquième année que celui-ci lui échappa.

Le jeune assistant mit alors quelques secondes à comprendre ce qui venait de se passer mais il sut se reprendre rapidement et s’empressa de suivre le Serpentard. Il le retrouva bien vite au niveau des escaliers, assis les bras croisés, parfaite image de l’adolescent en pleine crise. S’il avait un moins bon contrôle de lui-même, l’ancien Poufsouffle aurait souri de soulagement. Lui qui avait cru à quelque chose de grave, voilà que le Vert-et-Argent faisait simplement une crise, comme tant qu’autres jeunes de son âge. Le plus probable était que l’idée d’avoir à repasser un examen, à peine un an après le dernier, ne lui plaisait guère. Et ce d’autant plus qu’il allait devoir tout faire dans une langue qui n’était pas la sienne.

Choisissant de se mettre à sa hauteur – cela ne faisait après tout pas si longtemps qu’il avait eu son âge et pouvait aisément imaginer qu’à sa place, il n’aurait pas plus apprécié la situation – Ted s’assit donc aux côtés d’Aurèle sur les marches.


-Tu sais. Tu n’es pas le seul à ne pas avoir envie de passer les BUSEs, je suis sûr que ça te fera un sujet de discussion sur lequel accrocher avec tes camarades de maison et/ou d’année. Quant aux difficultés particulières qui sont les tiennes, je suis certain qu’il doit y avoir moyen de demander un aménagement de tes examens si elles persistent en fin d’année. Que ce soit le fait d’avoir plus de temps pour comprendre les énoncés, voire même si ça me semble moins plausible, la possibilité de te faire traduire les consignes en cas de doute. De manière générale, tu pourrais peut-être avoir du tutorat en anglais auprès de quelqu’un parlant français, ça te serait sûrement utile.

Un instant, les visages de Dominique et Louis s’imposèrent à lui mais il préféra ne pas en parler. Il n’était après tout pas sûr du tout que ces deux-là soient les plus à même d’aider Aurèle. Dominique car elle n’aimait déjà pas travailler pour elle-même alors pour quelqu’un d’autre… Quant à Louis, il ne connaissait pas vraiment Aurèle mais quelque chose lui disait que malgré leur âge similaire, les deux garçons n’étaient pas nécessairement destinés à s’entendre. Et ce en dehors de la rivalité entre leurs maisons. Victoire, à l’inverse, pourrait être un bon choix étant donné sa gentillesse et sa patience mais il ne savait pas si elle aurait le temps avec la préparation de ses ASPICs. Et puis, lui demander son aide supposait de… lui adresser la parole en dehors des cours et il n’était pas nécessairement prêt. Non pas qu’ils ne se parlent jamais, le problème n’était pas là, mais il était en règle générale incapable d’aligner deux phrases cohérentes en présence de la magnifique rousse alors il préférait éviter de s’humilier pour un élève qu’il venait à peine de rencontrer. Il restait néanmoins une personne qui pouvait être particulièrement adaptée pour la situation.

-L’infirmière, Ms Bonnefoy, est française. C’est une femme adorable et je suis certain que si tu le désirais, elle serait prête à t’aider à progresser en anglais pour que ton intégration soit plus facile. Par ailleurs, elle a fait ses études à Beauxbâtons donc elle aura peut-être des souvenirs communs avec toi. Bien entendu, ce n’est qu’une proposition et je ne lui dirais rien si ça ne t’intéresse pas, mais sache que la possibilité existe. Parce que français moi bien dit mais mal parlé.

Ou de comment essayer de lui faire comprendre qu’il avait beau avoir un superbe accent, il ne servirait à rien pour parler français réellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Flashback] Savoir s'adapter est la clé de la réussite [Aurèle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [0105] « Les hommes sont comme les pokémons. Il faut savoir s'adapter à chaque situation, évoluer, pour pouvoir grandir » [PYROLI]
» Les expressions et vocabulaire à savoir par votre perso
» La Tour du Savoir
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» question sur : le savoir construit les hommezs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: Poudlard :: Rez-de-Chaussée :: La salle des professeurs-