AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aurèle et James : Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 46
Date d'inscription : 22/03/2017
avatar
Aurèle d'Avezac
MessageSujet: Aurèle et James : Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde   Mer 7 Juin - 21:53

ft.
Aurèle d'Avezac
« Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde »
Aurèle d'Avezac VS James Guery

Aurèle se faisait une petite balade nocturne. Enfin, à la base, il cherchait son dortoir pour aller se coucher, mais un escalier avait bougé (bordel) et il avait perdu le fil et commencé à partir au hasard, et finalement, peut être bien qu’il aurait dû arrêter de monter chaque marche qu’il rencontrait s’il voulait atteindre les cachots. Enfin, là, il pensait qu’il ne pouvait pas monter plus haut. Le couvre-feu n’allait pas tarder mais il y avait vraiment tout un tas de couloirs, de pierres, de tableaux … beaucoup de choses à voir (et si seulement quelqu’un avait fait une carte de ce château ! Tiens, une qui montrait les passages secrets et pourquoi pas, le nom des gens … Mais il y avait peu de chance qu’une telle chose existe).

Enfin.

Il marchait donc sans but depuis un moment sans croiser personne. Ne résonnaient contre les murs que le bruit de ses propres pas et le marmonnement de la chanson qu’il avait dans la tête depuis le début de la journée. Il commençait doucement à se demander par où redescendre quand il entendit le bruit d’une porte qui claquait. Aussitôt il se jeta contre le mur et se dissimula derrière une armure. Ce qui était un réflexe étrange mais révélateur, parce qu’Aurèle n’avait rien à se reprocher, techniquement. Enfin, même pas techniquement ; en vrai, il n’avait rien fait de mal ! Il était juste dans un des couloirs du château dans lequel il vivait, avant le couvre-feu. Il se fit la réflexion que les magouilles et les secrets qui constituaient l’entièreté de son mode de vie commençaient à le rendre juste un peu paranoïaque. Alors qu’il n’avait rien à craindre, personne ne le soupçonnait et en plus il n’avait rien fait de franchement illégal depuis au moins quatre mois !

Aurèle resta néanmoins caché (on ne change pas les bonnes habitudes) et jeta un coup d’œil vers la source du bruit. Il vit une cravate bleue (des Griffe d’Aigle ou quelque chose, il commençait un peu à s’y retrouver) d’à peu près son âge tirer sur une porte comme si elle fermait mal. Puis, le garçon inconnu leva sa baguette et lança le sort de verrouillage, avant de partir dans la direction inverse à la cachette d’Aurèle.
Bon. Une pièce tout à fait banale dont un type sort seul et qu’il prend soin de bien refermer et de verrouiller, ça criait : SECRET ! Et c’est tout ce qu’Aurèle aimait. Il resta figé encore quelques instants à écouter le bruit des pas de Cravate Bleue s’éloigner puis s’évanouir avant de sortir de sa cachette et de s’approcher de la fameuse porte. Après un coup d’œil à droite et à gauche du couloir il sortit sa baguette.
« Cistem Aperio ».
Il entendit la serrure se déverrouiller et il dut tirer sur la porte une bonne minute avant qu’elle ne s’entrouvre avec un horrible grincement. Le jeune sorcier s’immobilisa quelques instants pour vérifier qu’il n’entendait pas de pas furieux se précipiter dans sa direction. Quand il essaya de l’ouvrir un peu plus le grincement reprit.
« Silencio ».
Voilà. Comme ça, c’était plus discret. Il lutta encore parce que les gonds étaient vraiment rouillés, le bois vraiment gonflé et le tout vraiment lourd. Il parvint finalement à ménager une ouverture assez grande pour faire passer son corps maigre dans la pièce. Il était dans le noir, ça sentait la poussière.
« Lumos ».
Le bout de sa baguette s’illumina et il put enfin voir quel grand secret se dissimulait derrière cette porte tellement pénible à ouvrir. Et c’était totalement décevant. C’était juste une vieille salle de classe manifestement inutilisée depuis des années. Repérant un chandelier au plafond, il en alluma les bougies. La pièce s’éclaira et il put ranger sa baguette pour s’intéresser de plus près aux secrets de la salle (il devait bien y en avoir !).

Et en effet, il se rendit très vite compte que toutes les tables étaient recouvertes de parchemins remplis de toujours la même écriture. Il essaya de lire mais son cerveau s’éteignit dès qu’il repéra une formule mathématique et les mots « théories de la magie métaphysique élémentaire » ou encore « … des effets variés, allant de la revendication d’une métaphysique issue de la nouvelle logique (comme dans les versions de l’atomisme logique prônées par Russell et le Wittgenstein du Tractatus) à un rejet de cette prétention explicative …». Sur le bureau du professeur il y avait six gros grimoires, une plume et une pile de parchemins remplis de cette même écriture sur le haut de laquelle l’encre n’était pas encore tout à fait sèche. Il y avait un nombre incalculable de feuilles dans cette sale. Cela devait représenter des années et des années de recherches. Cravate Bleue devait donc être un mec intelligent. Et manifestement, il s’intéressait à des choses qui ne captivaient pas la grande majorité des étudiants. Il y avait carrément de quoi exploiter cette particularité.

Après toutes ces semaines à naviguer à l’aveugle dans un monde qui ne le comprenait pas, (et réciproquement), Aurèle se sentait enfin dans son élément. Il métamorphosa un des bureaux en gros coffre en bois et d’un mouvement de baguette il y rassembla pèle mêle tous les parchemins. Il fit léviter le coffre jusqu’à un coin sombre de la salle. Il le verrouilla et entama un rituel qu’il connaissait bien.

Il avait gardé son sac de l’année passée qui possédait un charme d’extension et de légèreté qui lui permettait de se promener avec une quantité faramineuse d’objets divers. C’est pourquoi il n’avait pas vraiment pris la peine de le vider et qu’il avait tout ce qu’il lui fallait sous la main. Il sortit tout d’abord une fiole incassable remplie d’essence de rose, la fleur du secret. Avec des gestes répétés mile fois, il traça à l’aide d’un pinceau les runes Hagalaz, le secret, Elhaz, la protection et Isa, la solitude, de façon à former une étoile à trois branches. Du bout de sa baguette il activa le dessin ainsi formé qui brilla un instant d’une lumière rosâtre avant de s’incruster dans le bois. Il sortit ensuite une petite bouteille remplie d’essence de feuille de pommier, arbre de la connaissance, dont il versa quelques gouttes dans un encrier vide et propre. Avec une aiguille, il se piqua le bout de l’index jusqu’à y voir un peu de sang y perler. Il trempa son doigt dans le liquide et dessina par-dessus l’étoile à trois branches gravée sur le coffre Perthro, la rune de la découverte. Quand il eût fini, il posa sa baguette dessus et l’activa avec sa magie.

Ainsi, il savait qu’il était presque impossible pour qui que ce soit à part lui de trouver cette cachette. Même si Cravate Bleue tombait littéralement le nez sur le coffre, il aurait beau l’ouvrir et rentrer dedans, il n’y verrait rien. Cette technique de son invention lui avait sauvé la vie de nombreuses fois au cours des deux dernières années. Satisfait de lui-même, Aurèle attrapa une craie et laissa un message au tableau à l’intention de l’utilisateur habituel de la sale (en prenant soin de s’aider d’un des nombreux dictionnaires qu’il baladait dans son sac, il était très content de sa petite blague et se sentait plein de panache, il ne voulait pas tout ruiner parce qu’il était nul en grammaire anglaise). Puis il ramassa ses affaires, regarda sa montre, nota que le couvre-feu était dépassé depuis une bonne heure et repartit en priant pour ne croiser personne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 10
Date d'inscription : 20/05/2017
avatar
James Guery
MessageSujet: Re: Aurèle et James : Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde   Mar 13 Juin - 22:04

ft.
James Guery
« Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde »
Aurèle d'Avezac VS James Guery
James allait, comme chaque jour après les cours, s’isoler dans la salle de classe abandonnée du septième étage, salle qu’il avait découverte de longues années auparavant lorsqu’il épxplorait encore tous les recoins de Poudlard. Il s’y était installé petit à petit, voyant que rien ne lui était reproché. Bref, il s’y rendait quand il remarqua compte que la salle avait été ouverte en son absence. En effet, la porte n’était pas refermée de l’exacte manière qu’il utilisait à chaque fois. James était très maniaque par rapport à ses habitudes et remarquait ce genre de choses. Il sorti sa baguette et entrouvrit la salle. Il lança un lumos maxima dans l’espoir d’éblouir toute personne potentiellement présente. La lumière atténuée, il remarqua que la salle était vide. Vide. VIDE! Quatre ans de notes envolées. Bon, ce n’est pas qu’il n’était pas capable d’en ressortir les trois quarts par coeur, mais quelquefois une formulation bien précise était primordiale dans l’appréhension d’un concept. Donc ces notes devaient revenir. D’autant plus qu’elles refermaient aussi ses propres états d’âmes. Le brouillon de ses sentiments. Lui en somme.

Il devait absolument les récupérer. Perdu dans ses pensées, il mit un temps avant de se rendre compte que le tableau portait un message.

Bon. Une cinquième année. James se rendit compte qu’il devrait un peu plus s’impliquer dans son école, car il n’avait aucun moyen de mettre une tête sur le nom. Il décida d’aller se renseigner ( quitte à être au 7e étage, autant tenter sa chance ). Il sortit donc en trombe de la salle de cours, et se dirigea vers la salle commune des rouges et or. Il en profita pour se moquer du caractère « secret » des salles communes. Tout le monde pouvait très facilement connaître et l’emplacement et le mot de passe de chaque maison ( à part pour sa maison qui demandait un peu de jugeotte ).

Perdu dans ces réflexions sur le non-sens du caractère secret des salles communes, il se heurta a ce qui était, remarqua-t-il en se relevant, une élève de la même maison que la personne qu’il cherchait.

« Hum… Désolé, j’étais… Enfin. C’est parce que les maisons n’ont rien de secret quoi. Enfin voilà… Dis ! Tu ne connaîtrais pas une élève du nom de Effy Reeds ? »

C’était elle même.
« Fichtre. C’te coup d’chance ! J’ai eu peur de devoir demander à plusieurs personnes. Et euuuh… Bah, c’t’a dire que ça m’emmerderait… Bref. Y a un con qui m’a… Disons que j’ai rendez-vous… Et que je dois… Bah te demander quoi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 538
Date d'inscription : 11/09/2016
avatar
Effy Rees
MessageSujet: Re: Aurèle et James : Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde   Lun 3 Juil - 1:09

ft.
Effy Rees
« Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde »
Aurèle d'Avezac VS James Guery
Effy était de bien mauvaise humeur, ce matin-là. Elle n'était pas du genre à râler pourtant, mais ça lui arrivait de plus en plus souvent, et toujours pour une seule et même raison, ces derniers temps. Aurèle d'Avezac, qui d'autre ? Une saleté de Serpentard qui se croyait tout permis à peine arrivé à Poudlard, et qui lui faisait un chantage odieux. Et ce matin, donc, elle avait eu l'immense plaisir de voir sa chouette débarquer, un morceau de papier attaché à la patte. Et c'était lui, encore ! Comme à chaque fois qu'il avait quelque chose de plus ou moins déplaisant, contraignant, ou demandant le moindre effort, à faire. Et comme à chaque fois, il lui envoyait ce genre de message moqueur, et clos par une petite menace en mots à peine voilés, en ce qui concernait Galahad. Elle adorait. Ce mec n'avait aucun cran, et était sans doute le pire lâche du monde s'il se permettait de passer par des intermédiaires plutôt que d'assumer ses conneries jusqu'au bout. Enfin, à ce stade, ça ne l'étonnait plus venant du personnage.

Et elle se voyait encore attribuer une "mission" aussi ridicule que bizarre. Il avait piégé quelqu'un d'autre. Un Serdaigle, en plus. Soit il s'y était pris de la manière la plus fourbe du monde – ce qui était très probable -, soit sa victime en question n'avait pas été très méfiante. M'enfin, elle était bien un peu dans la même situation. Bon, puisqu'elle n'avait pas vraiment le choix... Lorsqu'il ne fut pas loin de midi, Effy consentit à se lever du fauteuil de la salle commune dans lequel elle était encore vautrée, pour se diriger vers la sortie, d'un pas énergique (pour ne pas dire rageur). Mais elle fut stoppée dans sa course par un obstacle imprévu. Si elle réussit à garder l'équilibre, ce ne fut pas pour l'obstacle en question, qui était un élève. De Serdaigle. Oh ! Si ce n'était pas son rendez-vous, elle se demandait bien ce qu'un de ces pédants de chez Serdaigle venait bien faire ici. Le jeune homme en question s'excusa un peu maladroitement, avant de demander une certaine Effy "Reeds". Un sourire un peu moqueur éclaira son visage. « C'est Rees, pas Reeds. Et c'est moi. » Lâcha -t- elle. Il n'était pas vraiment question de se montrer un tant soit peu aimable avec celui qui avait réussi à se faire prendre par d'Avezac, et qui l'entraînait dans ses bricoles par la même occasion. Ca ne lui ressemblait pas, mais tant pis pour lui !

« Ouais je sais. » L'interrompit-elle, un peu moins froidement, alors qu'il bafouillait encore des morceaux de phrases pour lui expliquer la situation. « Un con, on est d'accord. Doublé d'un lâche et d'un tricheur. J'suis pas censée te parler de lui, mais t'aurais pas tardé à t'en apercevoir, de toute façon... » Soupira -t- elle, s'autorisant même un mince sourire. C'est qu'il lui ferait presque pitié à paniquer comme ça ! Bon, finissons-en avec ces bêtises... « Donc, je dois te dire que tu as rendez-vous dans ta salle samedi soir à 20h30. Voilà. Et tu es, au passage ? » Parce que comme si ça ne suffisait pas, il fallait en plus qu'elle lui fasse la conversation, histoire de grapiller quelques informations. D'Avezac avait parlé d'une tête de psychopathe... Au final elle espérait qu'il en était vraiment un et qu'il irait le tuer dans son sommeil pour se venger de l'affront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aurèle et James : Des Origines de l'Apocalypse ou Comment Contrôler le Monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::
» De l'utilisation d'un Squiggoth
» Suivre ses origines
» rapport de bataille apocalypse
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: Poudlard :: Septième Etage :: Couloirs-