AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chocolat avalé, maux à moitié oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 231
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Ven 7 Juil - 14:33

Dimanche 25 novembre 2018 – 10h45

Le mois de novembre touchait doucement mais sûrement à sa fin et un fin manteau de neige avait déjà recouvert la campagne écossaise, étouffant les bruits de pas et fournissant à l’ensemble un petit côté surréel. Bien entendu, le Parc du château ne bénéficiait pas de la tranquillité caractéristique des Highlands, le flot ininterrompu d’élèves et professeurs le parcourant ayant créé des drailles dépareillées dans la couverture neigeuse. Vu depuis sa chambre, l’ensemble donnait cependant au sol un air d’échiquier malmené qui plaisait à Ted. Jetant un coup d’œil au ciel pour s’assurer qu’une tempête de neige ne risquait pas de se déclarer lorsqu’il s’y attendrait le moins, il choisit d’emporter sa cape d’hiver par précaution. Puis, refusant de porter un bonnet – son cuir chevelu avait la fâcheuse habitude de s’électrifier au moindre contact de la laine –, il se concentra et ses cheveux habituellement courts poussèrent jusqu’à recouvrir ses oreilles et sa nuque, dans un style qu’il avait vu sur certaines photos de son père adolescent. Le tout lui donnait un petit air alternatif sur lequel il n’aurait pas craché quelques années auparavant mais dans lequel il ne se reconnaissait plus tellement. Néanmoins, le confort lui semblant plus crucial que le style, il ne fit pas plus d’efforts pour modifier son apparence. Il se permit néanmoins une petite pointe de fierté nostalgique et compléta sa tenue avec sa vieille écharpe jaune et noire. Poufsouffle un jour, Poufsouffle toujours.

Une fois sorti de ses appartements, il croisa Neville et Lyssandra qui se dirigeaient vers la salle des professeurs et les salua avec entrain, geste auquel les deux anciens Gryffondors répondirent avec chaleur. De là, il ne lui fallut pas longtemps pour arriver jusqu’aux portes du château, non sans avoir d’abord fait un détour crucial par les Cuisines pour demander aux elfes un thermos de chocolat chaud enchanté pour garder la chaleur. C’est donc parfaitement équipé pour passer la fin de matinée à se balader aux abords du Lac – il avait même emmené le livre qu’il était en train de lire (le dernier recueil d’articles publié par le centre international de recherche sur la lycanthropie basé à Rome) au cas où il aurait voulu se poser – qu’il quitta l’enceinte du château.

Tandis qu’il se dirigeait vers son coin favori, ses pensées se tournèrent vers la semaine passée. Pour une première expérience en tant que seul professeur en charge du curriculum de Métamorphose il était plutôt content du résultat. Sans surprise, tout ne s’était pas passé selon ses prévisions et il y avait un million de choses à améliorer mais il n’avait pas de raison d’avoir honte de ses cours. Au contraire, les élèves lui avaient semblé fidèles à eux-mêmes, ni passionnés par ses propos ni particulièrement désespérés de se trouver dans sa salle. Bref, exactement comme on pouvait s’y attendre, alors que pouvait-il demander de plus ? Il n’était néanmoins pas mécontent d’avoir eu des nouvelles de Luc qui lui assurait qu’il serait bien de retour au début du mois de décembre, ses affaires familiales se réglant selon ses désirs. Il ne s’était pas plus attardé par hibou mais le jeune Métamorphomage espérait en savoir plus une fois son ami – leur différence d’âge rendait en effet difficile de considérer McCarter comme son mentor – rentré. En attendant, il pensait profiter de la liberté que lui offrait la possibilité de gérer les cours selon son bon vouloir.

Il n’était plus qu’à quelques mètres du Lac lorsqu’une silhouette solitaire attira son attention. Quelqu’un était assis sur un des bancs installés face à l’étendue d’eau. Curieux de nature, il s’approcha légèrement – il ne désirait pas s’imposer pour autant – et reconnut aisément Molly. Il prit alors la décision impromptue d’aller rejoindre la rousse. Il avait en effet remarqué que cette dernière semblait assez éteinte depuis la rentrée et, s’il n’avait pas encore eu l’occasion d’évoquer la chose avec elle, cela ne signifiait pas pour autant qu’il fût aveugle aux soucis de la sixième année. Pour une fois que l’occasion se présentait, il ne comptait donc pas la laisser filer. Alourdissant volontairement son pas pour ne pas surprendre Molly par son arrivée, il vint se positionner entre elle et le Lac :


-Je peux te tenir compagnie ? Je ne suis pas venu les mains vides, rajouta-t-il en sortant son thermos.

_________________


Dernière édition par Ted Lupin le Jeu 24 Aoû - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2260
Date d'inscription : 12/02/2016
avatar
Molly Weasley
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Sam 29 Juil - 20:35

Il était 8 heures lorsque Molly daigna enfin à se lever ce matin-là. Une nouvelle journée s'annonçait pour elle, et comme d'habitude, elle ignorait encore ce qu'elle comptait faire aujourd'hui. Prenant une grosse inspiration, elle se leva. Elle se déplaça rapidement vers son armoire et entreprit de prendre quelques affaires. Parmi celles-ci se trouvaient un jean et un magnifique t-shirt offert par Dominique. Avec le temps, elle avait appris à l’apprécier et elle le portait désormais lorsqu'elle en avait l'opportunité.

Dans la salle de bain, elle se contempla un long moment. Elle se brossa longuement les cheveux et sortit quelques instants plus tard pensive. Déterminée à flâner un peu, elle prit la décision de sortir un peu du château. Elle avait besoin de prendre l'air. Oubliant complètement son insigne de Préfet, elle quitta le dortoir, descendit rapidement les escaliers et franchit la porte du hall d'entrée. À peine fut-elle sortie que sa peau rentra automatiquement en contacte avec l'air glacial du mois de novembre. Peut-être aurait-elle dû prendre son bonnet, son écharpe et ses gants, mais il était à présent trop tard. Par ailleurs, elle ne désirait pas rebrousser chemin et croiser certaines personnes qu'elle connaissait.

Elle reprit aussitôt sa route en direction du parc de Poudlard. Puis voyant que le lieu ne lui convenait pas, elle se dirigea alors vers le lac. Cela faisait un bon moment qu'elle ne s'était pas posée ici. Ni une, ni deux, Molly s'installa au bord de l'eau, et elle contempla pendant un long instant le lac du château. Quand elle plongeait son regard à l'intérieure, elle oubliait tout, absolument tout. Notamment ce qui l'entourait. Le lac avait quelque chose de bénéfique sur elle, il l’apaisait, lui remontait en quelque sorte le moral lorsqu'elle n'allait pas bien. Elle ferma comme d'habitude les yeux, et respira.

Rapidement, la rousse sentit une présence face à elle et ne tardât pas à ouvrir les yeux. Que ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit Ted Lupin. Elle faillit sursauter par la même occasion, mais elle reprit rapidement contenance et elle se retint de justesse. Cela faisait un moment qu'elle ne l'avait pas croisée, et depuis le début de l'année il fallait dire qu'elle faisait, mais alors vraiment tout pour ne pas le croiser. Mais comme d'habitude, la chance n'était réellement pas de son côté. Contre toute attente, sa présence avait même quelque chose de relaxant, d'apaisant. Raison pour laquelle, elle ne put réellement lui dire non lorsqu'il lui demanda s'il pouvait lui tenir compagnie. Étrangement, la réaction même de Molly fut tout aussi surprenante car elle ne put s'empêcher de sourire et de lui indiquer une place à coter d'elle tout en lui disant : « Tu peux t'installer si tu veux » lui dit-elle tout simplement.

Spoiler:
 

_________________
Molly weasley 6eme année. Préfète de Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 231
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Jeu 24 Aoû - 16:49

L’aura de mélancolie qui semblait se dégager de Molly alors qu’il l’observait en s’approchant parut s’envoler instantanément une fois passée la surprise première de le voir apparaître à ses côtés. C’est donc sans remord et sans plus attendre qu’il prît place sur le banc. Puis, à peine installé, il transforma une pierre qui dépassait du manteau neigeux en tasse qu’il remplit à raz-bord de chocolat fumant avant de la tendre à son amie.

-Je ne sais pas depuis combien de temps tu es dehors mais voici qui devrait te réchauffer comme il se doit. Sans compter que jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais bu de chocolat plus goûtu que celui des elfes du château. Mais shhh, ne le dit à ta grand-mère ou je risque d’être privé du sien la prochaine fois que je pointe le bout de mon nez au Terrier et ce serait là une véritable tragédie ! Molly a beau ne pas atteindre la perfection des cuisiniers de Poudlard, son chocolat n’en reste pas moins délicieux, termina-t-il avec un sourire malicieux.

En effet, tout le monde savait que la matriarche Weasley se dévouait corps et âme à l’art culinaire et la moindre critique était vertement réprimandée si tant est qu’elle lui semblât injustifiée. Pour sa défense néanmoins, rares étaient les fois où quiconque trouvait à redire aux plats de la vieille femme. Et Teddy encore moins que les autres, lui qui était habitué à la cuisine de sa grand-mère qui, sans être catastrophique – loin de là – n’en était pas pour autant extraordinaire. Andromeda avait en effet dû apprendre à cuisiner par elle-même une fois mariée à son homonyme et, pour une héritière Black, autant dire que cela ne s’était avéré évident. Néanmoins, son talent naturel pour les Potions avait facilité l’apprentissage.

Comme pour prouver ses dires à la Gryffondor, il se servit ensuite une tasse dans le capuchon du thermos et s’empressa de déguster le délice chocolaté. Fermant les yeux, il se concentra sur la chaleur qui s’écoulait le long de son gosier avant de se lécher avidement les babines pour récupérer la moindre trace de breuvage restée accrochée à sa lèvre supérieure. Puis, lorsqu’il fut à nouveau présentable, il reprit la parole.


-Alors, comment se passe cette sixième année ? L’absence de stress des BUSEs se fait-elle sentir comparée à l’année dernière ou bien tes responsabilités de Préfète occupent-elles tout ton temps ? Personnellement, j’ai souvenir que durant ma septième année entre les ASPICs et mon poste de Préfet-en-Chef je ne savais plus où donner de la tête mais c’était un cas un peu particulier puisque je n’avais pas été Préfet avant ma nomination finale. Je me suis d’ailleurs toujours demandé ce qui était passé par la tête de McGonagall ce jour-là. Il y avait tout de même des personnes plus qualifiées pour le poste que moi. Je veux dire, on ne peut pas dire que mes résultats ni mon attitude fussent catastrophiques, mais ils étaient loin d’être exemplaires pour autant. Toi par contre, on peut dire que tu suis drôlement bien les traces de ton père, non ?
HJ:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2260
Date d'inscription : 12/02/2016
avatar
Molly Weasley
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Sam 2 Sep - 21:18

Molly appréciait beaucoup la tranquillité que pouvait lui offrir le lac du château. Grâce à lui, elle parvenait à réfléchir, mais aussi à penser à autre chose qu'à ses problèmes. Elle était détendue. À tel point qu'elle n'entendit pas directement Ted Lupin arriver. Tout d'abord surprise, elle prit rapidement sur elle et accepta la demande de Ted. Ainsi, le professeur assistant s'installa à ces côtés et n'hésita pas à faire usage de ses dons en magie et en métamorphose pour métamorphoser une simple pierre en une magnifique petite tasse. Molly aurait pu être émerveillée, mais elle connaissait très bien Ted et savait depuis toute petite que l'ancien Préfet-en-chef était doué. Raison pour laquelle, elle esquissa qu'un simple sourire et remercia le brun pour la tasse remplit de chocolat chaud.

Elle en but une gorgée tout en écoutant Ted parler. Molly ne put s'empêcher de sourire à nouveau en écoutant les commentaires de Teddy sur sa grand-mère paternelle et lui dit : « On ne change pas mamie Molly malheureusement, mais bon, c'est comme ça qu'on l'aime » fit-elle. Par la suite, elle contempla le lac, tout en écoutant d'une oreille le monologue de Ted. Elle soupira rien que de penser à sa sixième année à Poudlard, son job de préfète qu'elle a failli perdre l'année dernière et les multiples disputes avec son père. Cela faisait un moment que Teddy avait terminé, un moment que Molly ne lui répondait pas. Il entreprit même de lui donner un petit coup de coude pour la réveiller, ce qui eut pour effet de la ramener aussitôt à la réalité. « Pardon » dit-elle tout en poursuivant : « On peut dire ça, même si je le prends beaucoup moins au sérieux cette année-là. Je ne sais pas pourquoi. J'ignore même encore pourquoi ils m'ont choisi alors que j'étais loin d'être une jeune femme exemplaire et studieuse comme mon père. » conclut-elle avant de reprendre : « Je t'interdis de dire que je lui ressemble d'ailleurs, car ce n'est pas du tout le cas, je ne veux pas lui ressembler et encore être comparé à lui, je ne veux même plus que tu me parles de lui » dit-elle d'un ton un peu plus élevé. Molly en avait gros sur le cœur contre son père et elle ne voulait pas encore se l'avouer, surtout depuis qu'elle savait ce qu'elle voulait faire après poudlard. Elle était persuadée qu'il lui avait tracé un avenir au sein même du ministère, mais ce n'était pas ce qu'elle souhaitait. Elle appréhendait également de le lui annoncer.

Spoiler:
 

_________________
Molly weasley 6eme année. Préfète de Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 231
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Sam 16 Sep - 14:37

Le silence se faisait long après sa question. En temps normal, il se serait contenté d’attendre que Molly trouve les mots justes pour lui répondre, sachant pertinemment que tout le monde ne répondait pas du tac au tac. Néanmoins, quelque chose dans l’attitude de la Gryffondor le chiffonnait et il se permit de la rappeler discrètement à lui d’un léger coup de coude. L’objectif n’était pas tant qu’elle lui réponde – libre à elle de ne pas vouloir le faire – que de s’assurer qu’elle ne se perdait pas dans des pensées trop moroses. Car il n’était pas aveugle, s’il avait lancé la discussion c’est parce qu’il avait la très nette impression que quelque chose n’allait pas et espérait que pouvoir s’ouvrir un tout petit à une oreille compréhensive aiderait la sixième année. Bien évidemment, rien ne l’assurait de réussir dans son entreprise mais il ne serait pas dit qu’il n’avait pas tout au moins essayé.

Entendre la voix de Molly le rassura donc dans un premier temps, elle acceptait la discussion. Son répit fut néanmoins de courte durée car la teneur des propos de la jeune fille laissait clair qu’elle ne vivait pas bien ce début d’année. La hargne dans sa voix à l’évocation de son père surprit même l’assistant. Il ne savait pas la rousse en aussi mauvais termes avec son géniteur. A vrai dire, il ne savait que peu de choses de Perceval Weasley, le père de Molly et Lucy. C’était en effet un des Weasley de qui il était le moins proche, peut-être tant par manque d’affinités que par le fait que ses relations avec les Weasley avaient toujours été affectées par celles de son parrain. Plus Harry côtoyait, plus un Weasley plus il y avait de chances que Teddy le côtoie également. Ainsi, s’il connaissait très bien Arthur, Molly, Ginny, Ron, Georges, Bill et leurs familles respectives, il n’en allait pas de même avec Charlie et Percy. Le premier dû à l’éloignement géographique, le second par manque d’occasion. Il ne savait par conséquent de l’employé du ministère que le strict minimum, à savoir que c’était un homme extrêmement attaché au droit, paraissant parfois un peu sec mais capable de se révéler pour soutenir une cause qui lui tenait à cœur. Autrement dit, quelqu’un d’obstiné et par conséquent capable d’erreurs mais foncièrement bon.

Connaissant également le caractère entier de Molly, il en déduit donc que père et fille devaient actuellement s’opposer sur un sujet leur tenant tous les deux à cœur, chacun persuadé d’être dans son bon droit et nullement prêt à faire le moindre compromis. Une situation finalement extrêmement banale et arrivant à chaque enfant un jour dans sa vie. Lui-même avait eu son lot de prises de bec avec Andromeda en grandissant et savait que sa grand-mère vivait ces moments d’autant plus mal qu’ils lui rappelaient amèrement les disputes avec sa fille. Il avait en effet hérité de sa mère sa très grande indépendance et lorsqu’il décidait de quelque chose il était difficile de le faire changer d’envie. Un peu comme quand Nymphadora, contre l’avis de ses parents, avait décidé de poursuivre une relation avec un lycanthrope de treize ans son aîné. Non pas que Ted premier du nom et Andromeda aient été remplis de préjugés à l’égard des loup-garous – bien qu’ils l’aient en partie été comme bien des gens – mais entre apprécier un lycan et envisager de faire de lui votre gendre, il y a un monde. Et toutes les inquiétudes que Remus avait un jour eues sur ce que cette relation impliquerait pour Dora avaient été partagées par les parents de cette dernière. Pourtant, envers et contre tous, sa mère avait réussi à obtenir ce qu'elle désirait ou plutôt celui qu’elle désirait et il suivait ses pas en cela. Vie sentimentale mise à part puisqu’il semblait que de côté-là il ait hérité les doutes existentiels de son père.

Quoiqu’il en soit, maintenant que la source du problème était identifiée, il lui semblait plus facile de parler avec Molly sans la brusquer. Prenant une nouvelle gorgée de chocolat, il lui répondit tranquillement.


-Ressembler à quelqu’un ne veut pas dire lui être identique. Que tu partages des traits de caractère avec ton père ne fait pas de toi sa copie conforme et surtout ne présage de rien quant à vie. Deux personnes peuvent prendre des chemins très différents en partant du même point, il en va de même avec les caractères. Ce sont tes choix qui te déterminent, pas la génétique. Néanmoins, vouloir couper tous les liens avec un membre de ta famille, est une décision que tu pourrais regretter si tu ne réfléchis pas sérieusement aux conséquences de tes actes. Une fois cela dit, tu n’es plus une fillette et si tu fais un choix, je ne serais pas celui qui te jetterai la première pierre.

Il savait en effet qu’il était essentiel d’être pris au sérieux lorsqu’on faisait face à un sentiment d’incompréhension de la part d’un adulte dans sa vie. C’était ce qu’il avait toujours apprécié chez Harry. Jamais il ne lui avait parlé comme à un enfant. Dès sa plus tendre enfance, il ne lui avait rien caché de la réalité et, tout en le soutenant, avait tenu à lui donner toutes les cartes pour l’aider à s’en sortir dans la vie. En d’autres termes, il l’avait traité comme il aurait voulu l’être en son temps. Ce qui avait parfois causé quelques tensions avec Andromeda qui considérait que Teddy avait droit à une enfance protégée comme tous les autres enfants. Avec le recul, il ne regrettait rien de l’attitude d’Harry. Ayant grandi en période de paix, son enfance avait été assez choyée comme pour qu’il pût faire face à la réalité sans avoir besoin de se voiler la face.

-De même, si tu ne veux pas évoquer ton père, je respecte ce choix et ne te surprendrais pas en te disant que j’ai suffisamment de sujets de conversation pour te changer les idées, mais sache que ma porte est toujours ouverte si tu as besoin de parler un jour. En attendant, la balle est dans ton camp. De quoi veux-tu discuter ? A moins que tu ne préfères que je t’explose aux ricochets ? Ce n’est pas pour me vanter mais je suis un maître en la matière, finit-il avec un sourire pour détendre l’atmosphère après son discours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2260
Date d'inscription : 12/02/2016
avatar
Molly Weasley
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Jeu 12 Oct - 19:57

Molly venait tout bonnement de se rendre compte qu'elle avait été quelque peu agressive avec Teddy. À cet instant précis, elle le regrettait. Teddy n'y était pour rien après tout, ce n'était pas de sa faute si elle était en conflit avec son père. Elle s'en mordit actuellement les doigts, tout en espérant qu'il ne lui en voudrait pas. Elle se mit alors à repenser à tout cela, à l'origine même de ce conflit qu'elle avait avec son père depuis l'année dernière, à tout ce qui lui était arrivée depuis. Au final, elle pouvait le remercier, mais inversement, il pourrait lui faire preuve d'un peu plus de reconnaissance et de fierté tout en la récompensant pour son travail. Mais il en était rien, Perceval Weasley, resterait et ce pendant toute sa existence, un radin et un imbécile de première.

Quelques minutes plus tard, Molly fut de nouveau ramenée à la réalité par Teddy qui venait tout bonnement de reprendre la parole. Que ne fut pas sa surprise en voyant qu'il lui parlait tout bonnement comme son égal. Intérieurement, elle fut des plus heureuses et satisfaites de ne plus être traitée comme une enfant. Elle fut également soulagée de voir qu'il ne lui en voulait pas spécialement. Avait-il remarqué qu'elle en avait plus ou moins gros sur le cœur ? C'était bien fort possible, mais elle n'était pas encore prête à se confier. Pendant ce temps, elle écouta attentivement les paroles de l'ancien Poufsouffle. Elle le remercia ensuite d'un simple mot, lorsqu'il lui dit qu'il n'allait pas la forcer à évoquer et à parler de son père : « Merci », elle ne put également s'empêcher de sourire lorsqu'il lui dit qu'elle préférait certainement qu'il l'explose aux ricochets. Suite à ces paroles, elle lui lâcha : « Tu plaisantes ? C'est toujours moi qui arrive sans difficulté à t'exploser. Tu as la mémoire courte » dit-elle un sourire moqueur aux lèvres.

Suite à ces paroles, elle s'empressa de se saisir d'une petite pierre, et tout en se concentrant, elle l'envoya comme d'habitude dans le lac, tout en observant combien elle ferait de rebond. Elle en compta 4, puis la pierre coula. Elle se retourna alors vers Teddy et dit « J'en ai fait 4 essaye de faire mieux » conclut-elle en invitant l'ancien Préfet en chef à battre son propre mini-record. Quelques instants plus tard, quelque peu détendue, elle laissa échapper ses propres pensées : « C'est vraiment pas facile en ce moment.... » conclut-elle.

_________________
Molly weasley 6eme année. Préfète de Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 231
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Lun 30 Oct - 20:16

Bien sûr que non, il n’avait pas la mémoire courte ! Bien au contraire. Il était excellent aux ricochets et personne ne pourrait lui enlever son titre de champion. Molly était certes douée mais ce n’était rien face aux heures d’entraînement qu’il avait passées au bord du lac derrière le cottage d’Andromeda. C’est qu’avoir grandi au bord de l’eau se devait bien d’avoir des avantages. Et si quiconque osait dénoncer là une tricherie, il se contentait de préciser que le monde était fondamentalement injuste et le fait qu’il profite des cartes dans son jeu ne faisait nullement de lui un escroc.

S’emparant d’un galet qu’il avait choisi avec soin pour sa forme idéalement aérodynamique, il s’accroupit donc à son tour au bord de l’eau et, d’un geste assuré du poignet, lança la pierre. Cette dernière effectua six parfaits ricochets avant de s’enfoncer dans les profondeurs du lac. Il n’eut cependant pas l’occasion de célébrer sa victoire car Molly reprit la parole et son ton las tout autant que la teneur de ses propos le ramena à la réalité. Son amie n’allait pas bien et il était là pour l’aider avant tout. Lui changer les idées n’était que l’option de secours.

Tout en cherchant des yeux un deuxième galet au cas où la compétition de ricochet s’avérait plus propice aux confidences qu’une simple discussion, il tenta d’en savoir plus.

-Tu parles de Poudlard ou du reste ?

En effet, il ne savait pas trop si elle était finalement en train de s’ouvrir sur son père ou si elle se proposait de lui parler d’un autre sujet. Dans tous les cas, il savait que montrer à l’autre qu’il n’était pas seul face à ses problèmes était toujours une bonne façon de l’amener à parler. Il commença donc à lui parler de ses propres angoisses.

-De mon côté, je dois avouer que les cours ne sont pas de tout repos. La semaine où j’ai dû tout gérer seul notamment a été particulièrement éprouvante.

En effet, se faire respecter alors qu’il n’était pas bien plus âgé que les plus vieux des élèves n’était pas toujours évident. Sans compter que son âge aussi jouait en sa défaveur auprès des élèves l’ayant connu comme élève et ne sachant ou ne pouvant pas se défaire de leurs préjugés de l’époque. Effy pour ne parler que d’elle était tout bonnement insupportable lorsqu’elle s’y mettait. Mais elle n’était pas la seule à penser pouvoir lui marcher sur les pieds et avait au moins la décence de ne pas chercher à l’humilier outre mesure. Leur rivalité était certes enfantine mais la Gryffondor n’avait pas un mauvais fond. Contrairement à certains élèves qui n’avaient toujours pas digéré les punitions qu’il avait pu leur infliger en tant que Préfet-en-chef. Et si, d’un côté, il comprenait la rancœur adolescente puisqu’elle était typique de leur âge, de l’autre, il avait parfois envie de hurler. Il n’était après tout pas beaucoup plus âgé qu’eux et s’il se considérait bien plus mature - Merlin soit loué - ça ne changeait en rien le fait qu’il aurait allègrement lancé ou un deux charmes peu recommandables sur ces deniers. A la place, il se contentait donc de leur enlever des points et de les coller en cas d’attitude irrespectueuse. Ce qui n’arrangeait rien à leur animosité à son égard bien entendu. D’où le cercle vicieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2260
Date d'inscription : 12/02/2016
avatar
Molly Weasley
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Mar 31 Oct - 18:30

Fière d'elle-même, suite aux quatre parfaits richochets, Molly patientait tranquillement que Teddy jette le sien. C'est ce qu'il fit aussitôt, Molly perdit rapidement son sourire, il venait de faire six ricochets, six, nul doute qu'il s'agissait l'un d'un coup de chance, Molly s'empara d'un nouveau galet, et elle entreprit alors ensuite de le jeter avec grâce en direction du lac. Cette fois-ci, elle le vit faire six ricochets, le sourire aux lèvres, elle invita alors son adversaire à en faire tout autant.

En parallèle, elle entreprit de se confier d'avantage à lui. « Je parle de tout, de poudlard, et de ma propre vie privée » lui dit-elle, elle ne lui en dit cependant pas plus, voyant comment il allait réagir, contre toute attente, il entreprit de lui parler de ses propres angoisses. Suite à ces paroles, Molly ne put s'empêcher de sourire, se rappelant parfaitement du moment qu'évoquait Ted, même s'il n'avait pas vraiment eu de difficulté avec les sixièmes années. « Tu n'as pourtant pas vraiment eu de problème avec nous me semble-t-il ou alors est-ce les premières années qui t'ont donné beaucoup de difficulté ? Certains sont très pénible » lui demanda-t-elle avant de poursuivre : « Me concernant c'est surtout que je sais enfin ce que je veux faire plus tard, mais que je connais d'ores et déjà la réponse de papa » conclut-elle inquiète.

"Je suppose que toi tu n'as pas eu ce genre de difficulté à mon âge" fit-elle

_________________
Molly weasley 6eme année. Préfète de Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    

Revenir en haut Aller en bas
 
Chocolat avalé, maux à moitié oubliés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» Le salon du chocolat à Paris
» Le Manoir Oublié
» Partie 68 (deuxième moitié)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: Poudlard :: Exterieur :: Le lac-