AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chocolat avalé, maux à moitié oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 158
Date d'inscription : 02/04/2017
avatar
Ted Lupin
MessageSujet: Chocolat avalé, maux à moitié oubliés    Ven 7 Juil - 14:33

Dimanche 25 novembre 2018 – 10h45

Le mois de novembre touchait doucement mais sûrement à sa fin et un fin manteau de neige avait déjà recouvert la campagne écossaise, étouffant les bruits de pas et fournissant à l’ensemble un petit côté surréel. Bien entendu, le Parc du château ne bénéficiait pas de la tranquillité caractéristique des Highlands, le flot ininterrompu d’élèves et professeurs le parcourant ayant créé des drailles dépareillées dans la couverture neigeuse. Vu depuis sa chambre, l’ensemble donnait cependant au sol un air d’échiquier malmené qui plaisait à Ted. Jetant un coup d’œil au ciel pour s’assurer qu’une tempête de neige ne risquait pas de se déclarer lorsqu’il s’y attendrait le moins, il choisit d’emporter sa cape d’hiver par précaution. Puis, refusant de porter un bonnet – son cuir chevelu avait la fâcheuse habitude de s’électrifier au moindre contact de la laine –, il se concentra et ses cheveux habituellement courts poussèrent jusqu’à recouvrir ses oreilles et sa nuque, dans un style qu’il avait vu sur certaines photos de son père adolescent. Le tout lui donnait un petit air alternatif sur lequel il n’aurait pas craché quelques années auparavant mais dans lequel il ne se reconnaissait plus tellement. Néanmoins, le confort lui semblant plus crucial que le style, il ne fit pas plus d’efforts pour modifier son apparence. Il se permit néanmoins une petite pointe de fierté nostalgique et compléta sa tenue avec sa vieille écharpe jaune et noire. Poufsouffle un jour, Poufsouffle toujours.

Une fois sorti de ses appartements, il croisa Neville et Lyssandra qui se dirigeaient vers la salle des professeurs et les salua avec entrain, geste auquel les deux anciens Gryffondors répondirent avec chaleur. De là, il ne lui fallut pas longtemps pour arriver jusqu’aux portes du château, non sans avoir d’abord fait un détour crucial par les Cuisines pour demander aux elfes un thermos de chocolat chaud enchanté pour garder la chaleur. C’est donc parfaitement équipé pour passer la fin de matinée à se balader aux abords du Lac – il avait même emmené le livre qu’il était en train de lire (le dernier recueil d’articles publié par le centre international de recherche sur la lycanthropie basée à Rome) auquel où il aurait voulu se poser – qu’il quitta l’enceinte du château.

Tandis qu’il se dirigeait vers son coin favori, ses pensées se tournèrent vers la semaine passée. Pour une première expérience en tant que seul professeur en charge du curriculum de Métamorphose il était plutôt content du résultat. Sans surprise, tout ne s’était pas passé selon ses prévisions et il y avait un million de choses à améliorer mais il n’avait pas de raison d’avoir honte de ses cours. Au contraire, les élèves lui avaient semblé fidèles à eux-mêmes, ni passionnés par ses propos ni particulièrement désespérés de se trouver dans sa salle. Bref, exactement comme on pouvait s’y attendre, alors que pouvait-il demander de plus ? Il n’était néanmoins pas mécontent d’avoir eu des nouvelles de Luc qui lui assurait qu’il serait bien de retour au début du mois de décembre, ses affaires familiales se réglant selon ses désirs. Il ne s’était pas plus attardé par hibou mais le jeune Métamorphomage espérait en savoir plus une fois son ami – leur différence d’âge rendait en effet difficile de considérer McCarter comme son mentor – rentré. En attendant, il pensait profiter de la liberté que lui offrait la possibilité de gérer les cours selon son bon vouloir.

Il n’était plus qu’à quelques mètres du Lac lorsqu’une silhouette solitaire attira son attention. Quelqu’un était assis sur un des bancs installés face à l’étendue d’eau. Curieux de nature, il s’approcha légèrement – il ne désirait pas s’imposer pour autant – et reconnut aisément Molly. Il prit alors la décision impromptue d’aller rejoindre la rousse. Il avait en effet remarqué que cette dernière semblait assez éteinte depuis la rentrée et, s’il n’avait pas encore eu l’occasion d’évoquer la chose avec elle, cela ne signifiait pas pour autant qu’il fût aveugle aux soucis de la sixième année. Pour une fois que l’occasion se présentait, il ne comptait donc pas la laisser filer. Alourdissant volontairement son pas pour ne pas surprendre Molly par son arrivée, il vint se positionner entre elle et le Lac :


-Je peux te tenir compagnie ? Je ne suis pas venu les mains vides, rajouta-t-il en sortant son thermos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chocolat avalé, maux à moitié oubliés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» Le salon du chocolat à Paris
» Le Manoir Oublié
» Partie 68 (deuxième moitié)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: Poudlard :: Exterieur :: Le lac-