AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 fait de nos âmes, une aquarelle // (ft. violette b.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 927
Date d'inscription : 06/10/2015
avatar
Saad L.-Madsen
Serpentard
MessageSujet: fait de nos âmes, une aquarelle // (ft. violette b.)   Dim 21 Jan - 19:38

 
fait de nos âmes, une aquarelle
violette b. ☼ saad l.-m.
samedi était enfin arrivé. le week-end. le serpent avait troqué son uniforme pour de vieux vêtements, troués. un t-shirt des beattles, une chemise violette, foncé, faisant contraste avec la teinte grisonnant de son chandail. son jean troué de par en par, l'air si infiltrant dangereusement. ses anciennes doc chaussés, il était prêt. il avait besoin de sortir, d'aller prendre l'air, de souffler un peu. la chaleur a quittée peu à peu son corps tandis qu'il s'enfonçait dans la brise matinale de mars. midi sonnerait dans quelques heures et son ventre gargouillait déjà. il avait sauté le déjeuner, préférant de loin rester dans son lit, au chaud, un livre entre les doigts. ses paupières s'étaient faites lourdes à plusieurs reprises. il somnolait par période de dix à vingts minutes. et puis, il s'est décidé de quitter le dortoir pour partir un peu dehors. peut-être retrouvé son frère, voir les dernières nouvelles à la maison, si les parents avaient envoyé une lettre, ou encore les deux derniers enfants. il devait d'ailleurs renvoyer une réponse à sa soeur. il était en retard de trois jours. elle devait être impatiente. mais il n'avait pas trouvé son frère. tant pis.

il faisait frais dehors. ses bouclettes se sont envolées avec le vent, faisant rougir ses pâles joues. il s'est arrêté quelques instant, le nez en l'air, les yeux fermés, les mains dans la poches. captant le peu de chaleur qui émané du soleil. mais celui-ci se caché à bien de nombreuses reprises. la paix fut de courte durée, une bande de deuxième année arrivèrent. tous aussi bruyant les uns que les autres. son visage neutre se fit un peu plus dur. et son regard ambré toisa les enfants. les incitant alors à se taire. et c'est là qu'il a vu. au loin. cette chevelure rousse. encore entouré de vautour. l amine désespérée, elle devait s'être mis encore dans de beaux draps. autant aller voir. de toute façon, au pire, il n'aura qu'à passer son chemin.
« un problème ? » ton froid, visage neutre. qu'est-ce qu'elle avait encore fait ? la serdaigle avait le don de se retrouver dans des situations pas possible et étrangement, saad allait la sortir de ce pétrin. il ne savait pas pourquoi. peut-être était-ce le fait qu'elle était muette ? ou alors ses rêveries qui l'intriguaient ? il n'avait pas la réponse, mais il le faisait quand même. ses pieds le guidaient presque tout seul jusqu'à elle à chaque fois. « comme vous n'avez pas l'air d'être décidé à parler. vous pouvez vous en allez, je m'occupe d'elle. » qu'ils étaient lents. qu'ils semblaient idiots. des emmerdeurs. ça, il était sûr. il se retourna vers la rousse. une expression agacé et une expiration longue. qu'est-ce qu'il allait faire d'elle maintenant ? mais sérieusement, pourquoi tu fais saad ? t'es pas son père quoi. « t'as le don. que dis-je. t'as la malédiction de te retrouver dans des situations comme celle-ci. t'es un peu le mixte de charlie chaplin et jim carrey. comique et absurde. »
code by bat'phanie

(crédit image : ©tumblr)

_________________

I MEAN I'M CUTE, but also really fucking creepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://lacabaneauxmalices.tumblr.com/
Messages : 1579
Date d'inscription : 20/10/2015
avatar
Violette A. Baptist
Serdaigle
MessageSujet: Re: fait de nos âmes, une aquarelle // (ft. violette b.)   Lun 12 Fév - 11:10




"Fait de nos âmes une aquarelle"

Une aquarelle n'est pas une histoire, c'est la traduction d'une sensation, d'un souvenir, d'un état d'âme. - Hugo Pratt




« Il vaudrait mieux pour toi de nous donner ce qu'on veut. Maintenant. » dit un cinquième année qu'elle ne connaissait pas, du moins pas personnellement, elle l'avait déjà vu auparavant, sa maison n'était pas visible sur ses vêtements. Comment s'était-elle retrouvée dans cette situation ? Bonne question ! A vrai dire elle ne le savait pas elle-même. Vous savez quoi ? Reprenons depuis le début.

Samedi Matin - Quelques heures auparavant.

C'était le week-end et la jeune serdaigle était dans sa salle commune depuis quelques temps déjà. A vrai dire, depuis la veille. Elle avait eu un de ses nombreux et invraisemblables cours de soutien en Sortilèges qui s'était terminé peu de temps avant le couvre-feu. Trop fatiguée d'avoir monté un nombre incalculable de marches pour se rendre dans la Tour, elle avait décidé de prendre l'une des couverture posée dans un coin et d'hiberner sur un canapé près de la cheminée. Les premiers étaient descendus aux environs de neuf heures et elle avait décidé de monter dans son dortoir rapidement pour troquer son uniforme froissé par une tenue plus confortable. Elle voulait aller peindre. Elle enfila une robe bleu pastel en laine, une paire de collant de la même matière et sa cape d'hiver avant de lancer un sortilège informulé pour réduire sa toile blanche et son matériel d'aquarelle qu'elle rangea dans sa poche. La rousse se saisit de son tablier et sortit discrètement pour ne pas réveiller les autres.

Dans les couloirs, les personnes présentes étaient peu nombreuses, si ce n'était casi-absentes, mais cela l'arrangeait. Elle préférait être seule lorsqu'elle peignait, du moins lorsqu'elle ne peignait pas autrui. Elle aimait cette forme de solitude, si l'on pouvait appeler ça ainsi, elle ne se considérait pas réellement comme une personne solitaire. Elle avait ses pinceaux, ses palettes, ses toiles, elle avait des amis précieux qui ne la quitterait sans doute jamais.

Violette s'était installée dans le parc du château, elle n'avait pas très faim de toute manière et sauterait sans doute le déjeuner également. Elle aimait le printemps qui pointait le bout de son nez, pas autant que l'automne, mais tout de même. Les bourgeons naissant, les animaux pointant le bout de leur nez, les arc-en-ciel, tout lui inspirait l'aquarelles et ses couleurs pastelles. Devant la jeune rousse se trouvait un paysage étincelant, le givre de l'hiver ne s'était pas totalement envolé et les gouttes tombaient d'un rythme lent sur une fleur solitaire au pied du chêne lui donnant sa source.
Elle trempa son pinceau dans un marron pur et clair et commença son oeuvres. La première aquarelle du printemps et elle peignit sans s'arrêter, presque hors du temps... Jusqu'à ce qu'une bande d'idiots viennent l'interrompre, attrapant son pinceau. Violette jete un regard noir à celui qui venait d'interrompre son élan artistique, mais surtoutà celui qui tenait son pinceau dans sa main. « Tu sais que c'est notre territoire la rouquine ? » dit le plus grand d'une air mauvais. « Tu veux rester ? Tu dois payer. » dit un brun. «Tu ne voudrais pas que je le casse, si ? » dit le voleur de pinceau. « Il vaudrait mieux pour toi de nous donner ce qu'on veut. Maintenant. » repris le dernier, un blond.

Retour au présent.

La Serdaigle n'eut pas le temps de rétorquer que son sauveur arriva, malgré tout elle ne s'était absolument pas à voir le jeune Serpentard à cette place. Elle ne lui avait jamais vraiment parlé et ils n'étaient pas plus proche que ça, mais Lottie connaissait chaque point de sa morphologie. Bizarre ? Oui. Mais logique. Tout s'expliquait simplement, elle avait toujours apprécier la côté photogénique de son camarade et avant même qu'elle ne s'en soit rendu compte elle avait commencé à le dessiner. Il était en quelques sortes son modèle inconscient de son poste. Les garçons se jaugeaient de haut en bas. La bande d'idiots abandonna. « Ca ne se passera pas comme ça la prochaine fois, rouquine. » dit le voleur de pinceau en le lui lançant. Violette l'attrapa au vol et se retrouva avec un liquide vert sombre sur les mains.

« T'as le don. Que dis-je. T'as la malédiction de te retrouver dans des situations comme celle-ci. T'es un peu le mixte de Charlie Chaplin et Jim Carrey. Comique et absurde. » lui dit-il avec un air... Désespéré peut-être ? Ou agacé, peut-être ? Elle n'arrivait pas réellement à l'analyser, mais ne pu s'empêcher de sourire à sa remarque, le regard moqueur. Assise sur son tabouret elle posa son pinceau et s'essuya les mains dans son tablier mauve. Violette se saisit de sa baguette et de son bloc note, elle tapota deux fois dessus et le tendit au jeune homme : quelques lignes dorées apparurent. « Une malédiction ? Tu y vas un peu fort, non ? Je sais pas si je dois être fière d'être comparée à Chaplin ou outrée d'être comparée à Carrey... » avait-elle écrit. La demoiselle avait appris il y avait de cela deux ans à coucher ses pensées sur papier d'une manière rapide et simple à première vue, mais il lui avait fallut presque 4 mois pour parvenir à des résultats un tant soit peu concluants. Elle observait Saad décryptant les quelques lignes sur papier, elle aimait beaucoup voir les réactions des gens à qui elle n'avait jamais parlé devant son calepin.

Code by Sleepy


Hors-jeu:
 

_________________
« Just kind »
I do what I do because it’s right! Because it’s decent! And above all, it’s kind! It’s just that… Just kind.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
fait de nos âmes, une aquarelle // (ft. violette b.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )
» Le roi a fait battre tambour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: Version 1 :: RP :: RP abandonnés-