AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Ven 11 Sep - 23:35

Pas de rose sans épines
Rose Weasley & Absolan Lestrange


Rose en voulait toujours plus. Elle venait tout juste de sortir de l'épreuve de Mrs Nott, qu'elle se rua en direction des autres stands que ses professeurs avaient soigneusement préparé, heurtant au passage un un garçon plus âgé, et visiblement levé du mauvais pied. C'était un Serpentard, et il n'était vraiment, mais alors vraiment pas de bonne humeur... Foudroyant du regard la fillette au teint de porcelaine, il n'attendit pas que cette-dernière s'excuse, et planta ses yeux d'un bleu menaçant dans ceux de la blairelle; si bien que Rose, désemparée, recula d'un pas. Les yeux ronds, elle prit tout de même la peine de se confondre en excuses et, ne sachant pas quoi faire d'autre, recula jusqu'à se cogner, une fois de plus, à quelqu'un. Décidément... Rose fit volte-face, s'attendant à tomber sur un énième "méchant-costaud". Fort heureusement, le visage qui lui faisait face était très chaleureux; il s'agissait de Ms Sinistro, la professeure de potions.

- Oh... Excusez-moi madame, je... je ferai plus attention à l'avenir !


De toute évidence, Cassiopea Sinistro ne semblait pas lui en tenir rigueur, et Rose resta plantée là, tout près du stand de cette-dernière. Les bras ballants, elle chercha du regard les jolies tignasses rousses qui lui servaient de famille, espérant que l'une d'elle pointe le bout de son nez afin de passer une épreuve ensemble. Malheureusement, elle ne repéra personne, et détourna son regard sur les feuilles vierges disposées sur le stand de sa professeure. Tous les élèves présents s'étaient déjà inscrits, accompagnés de leur binôme; il n'y avait plus personne pour accompagner Rose... mis à part un élève, un certain Absolan Lestrange.

- Lestrange !?

Le cœur de la blairelle se mit à battre à tout rompre; elle ne voulait pas rencontrer ce garçon, et encore moins passer une épreuve en sa compagnie, à moins d'être masochiste. Il fallait qu'elle s'en aille, et au plus vite. Cependant, étant les seuls élèves restants pour l'épreuve, Ms Sinistro les obligea gentiment à former une équipe afin d'encourager la solidarité inter-blasons. Rose, dont les yeux étaient fixés sur les fiches d'inscription, releva le menton et fit face à son nouveau binôme. Horreur. En plus d'être un descendant de la tristement célèbre famille Lestrange, le garçon n'était autre que celui qu'elle avait bousculé quelques minutes auparavant. Absolan semblait toujours ronchon, mais il avait l'air de s'être calmé, préférant simplement ignorer la petite rouquine qui se tenait devant lui. Rose lança un regard implorant à sa supérieure hiérarchique, mais le Serpentard avait déjà filé, les mains dans les poches. La jeune fille déglutit et pressa le pas afin de le rejoindre dans un couloir de verdure; elle regarda une dernière fois derrière elle avant qu'un mur de ronces et de lierres ne lui barre la vue. Désormais, elle était seule avec lui; tentant tant bien que mal de se concentrer sur sa respiration.

Les deux élèves avancèrent lentement dans l'enceinte de l'épreuve, s'attendant à tomber sur toutes sortes de créatures étranges, et plus ou moins dangereuses. Rose était bien consciente qu'il ne s'agissait là que d'une épreuve d'intégration, mais le silence qui régnait dans long couloir n'était pas pour la rassurer, et Absolan ne faisait qu'empirer les choses. Il ne lui avait pas adressé la moindre attention depuis leur entrée, et son regard paraissait vide, comme s'il était en pleine réflexion avec lui-même. Peut-être était-il en train de préparer un plan tordu dans le but de se débarrasser de la jaune ? Rose ne préférait pas y penser. Après tout, s'il était à Poudlard, il ne devait pas être si dangereux que ça. Tout en continuant d'observer son binôme, Rose sentit ses pieds s'enfoncer dans le sol; d'un sursaut, elle recula rapidement afin de se libérer de la substance visqueuse qui cédait sous son poids. Un marécage. Son partenaire ne semblait pas s'affoler de la situation; la blairelle, quant à elle, jeta un rapide coup d’œil aux environs afin de trouver une éventuelle issue.

"Enfant de la nature
je ressemble aux nouveaux-nés sorciers
Mais mes pleurs incessant sont une véritable torture
aux oreilles de ceux qui tente de me déraciner.
Qui suis-je ?"


- D'où ça venait, ça ?

Soudain, de petites silhouettes noires sortirent de la boue grisâtre afin de se poster pile devant nos joyeux lurons... Des diablotins. Heureusement pour Rose, il étaient dépourvus d'ailes, et ne pouvaient donc pas encrasser sa jolie chevelure cuivrée.

- Donc c'est ça, la première énigme de Ms Sinistro; plutôt facile !

Prenant tout de même ses distances avec ces petits êtres taquins, elle entreprit de s'approcher d'Absolan, afin de lui faire part de son idée. Après tout, ils étaient une équipe, et bien que Rose soit assez inquiète à l'idée de rester seule avec lui, elle se devait de coopérer, afin de sortir au plus vite de ce chemin -presque- naturel.




Epreuve de Cassiopea Sinistro
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1240
Date d'inscription : 02/09/2015
avatar
Absolan Lestrange
Capitaine Serpentard
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Dim 13 Sep - 23:21


Epreuve de Cassiopea L. Sinistro
Un jour de festivités. De quoi être de bonne humeur non ? •••
C'était l'occasion pour beaucoup de première année de se faire des amis plus vieux que leurs camarades de classe et en dehors de leur maison respective. Auparavant, les fêtes d'intégrations avaient été un franc succès, et j'avais quelques bons souvenirs selon les épreuves, quand je ne me faisais pas jeter par des premières années pensant que j'allais les contrôler avec le sortilège de l'Imperum. J'étais d'ailleurs fort choqué ce jour-là qu'ils connaissent le nom d'un tel sortilège. Pour des premières années, ils en connaissaient un rayon sur les maléfices interdits. Enfin, heureusement je ne me tracassais pas constament là-dessus, sinon je me mettrais à devenir paranoïaque quant à qui me stalke dans les couloirs le soir. Et puis il y avait un point positif que l'on ne pouvait pas oublier : le goûter après les épreuves. J'avais beau avoir quinze ans et qu'on commence à me considérer comme un grand garçon, je n'avais jamais perdu cet attrait pour la nourriture, en particulier les sucreries. Il fallait croire que j'avais une poussée de croissance, car j'avais l'impression d'avoir constamment faim depuis la rentrée. Dominique me taquinait souvent en me disant que c'était le stress, mais j'étais persuadé que c'était autre chose. Je grandissais.
Un peu plus chaque jour.

Enfin bref. Tout ça pour dire que je passais une matinée catastrophique.

Je ne sais pas ce que l'on m'avait versé dans mon verre, ce matin-là, mais cela me donna d'atroces vertiges, si bien que je sortis en titubant de la Grande Salle. Me dirigeant vers les toilettes pour homme, j'étais dans l'optique de me rafraîchir. Evidement, j'étais tombé dans le panneau. En marchant, je sentis quelque chose m'étreindre les jambes et me faire perdre mon équilibre. Ces imbéciles avaient lancé un sortilège permettant de nouer mes lacets les uns avec les autres. Etant donné que je m'étais levé un peu plus tôt pour rendre un livre à la bibliothèque et que j'avais gardé mon verre de jus de citrouille avec moi... Autant dire que le résultat n'était pas satisfaisant, surtout quand on sait que je venait de tâcher ma robe de sorcier. Je maugréais à voix basse, et leur lançais un regard glacial.

« Alors Lestrange, ta mère t'as fais deux pieds gauche ? » Ricana l'un des deux imbéciles de sixième année qui s'amusaient depuis des lustres à me pourir la vie.
« Décidément, si t'étais un pokémon Absol tu serais de type nul à chier. » Renchérit son amie au rire insupportable.

Ils m'observèrent me débattre avec mes lacets, l'une de mes veines sur mon front ressortant un peu à cause de l'agacement qui montait petit à petit. Des élèves qui passaient par ce couloir se mirent à glousser, certains rièrent même très franchement. Rares furent ceux qui semblaient me plaindre. Mais je ne les voyais pas, comme si j'avais des oeillères. Une fois mes lacets démêlés, je laissais choir mon verre au sol, de si mauvaise humeur que je souhaitais de tout cœur qu'un de ces abrutis d'élèves glisserait dessus et se casserait le coxys en tombant. Je filais à la bibliothèque, et la responsable m'accueillit en furie.

« Ne vous rendez-vous pas compte jeune homme ?! Vous venez de souiller plus d'une décennie de recherche de l'Igme de Bronze. C'est un ouvrage datant du quatorzième siècle ! » Beuglait-elle, ainsi qu'un torrent d'autres râleries à mon encontre.
« Bien, comme ça il n'aura pas à vous entendre beugler davantage. » Renvoyais-je, sans même y réfléchir avant. Elle sembla encore plus outrée par mon insolence, et plus elle s'énervait, plus l'on avait l'impression que des rides se formaient sur son visage sec.
Je décampais rapidement de là, avant qu'elle ne me claque entre les doigts.

« Récurvite. » Soufflais-je en sortant du château. J'avais un regard assassin à quiconque m'observait avec un rictus. Et bien entendu, je ne parvenais à retrouver aucun de mes amis. Bonne ou mauvaise chose ? Bref, je décidais de commencer par l'épreuve de la prof de potion, ayant complètement choisi au hasard. En m'y rendant, moi qui traversait le parc à toute vitesse, la main serrée sur ma baguette glissée dans ma  poche, encore à cran, je me fis percuter par une première année. Bien qu'elle ait un faciès purement angélique, j'étais bien trop ailleurs en cet instant pour lui accorder autre chose qu'un regard noir. La pauvre, elle avait l'air tétaniser. Et puis tant pis, elle en verra d'autres.
Ca tombe bien parce que moi aussi.

Le hasard s'arrangeait toujours pour nous tailler l'herbe sous les pieds  avant qu'on puisse épeler Quidditch.
Je lançais un regard mélancolique vers le terrain. Les entraînements n'allaient pas tarder à reprendre et j'étais nostalgique de la sensation que l'on avait en montant sur un balais pour filer contre  le vent. La sensation de liberté et de vitesse étaient grisantes. J'avançais au fur et à mesure, complètement ailleurs mais pas moins bougon. A croire que plus je commençais à me perdre dans mes pensées, plus je devais avoir l'air peu fréquentable. L'épis que j'avais chaque matin semblait avoir décidé qu'aujourd'hui il me ferait encore plus passer pour un nonchalant que d'habitude, car cette mèche de cheveux se dressait comme une girouette sur mon crâne. J'émis un soupir en le sentant résister sous la pression de mes doigts.
Lorsque j'eus enfin accès à la liste des duos, je me rendis compte que j'étais tombé sur une Weasley. Une des plus jeunes, et quand je m'approchais un peu d'elle je me souvins de l'avoir aperçu sur le quai à King's Cross. C'était la fille de Ronald Weasley et Hermione Weasley ; une femme à qui je vouais une immense admiration. Malheureusement – et peut-être était-ce légitime – je n'avais jamais eu l'occasion de discuter avec elle de ses campagnes de protection à l'égard des elfes de maison. Certainement cela aurait-il été déplacé étant donné qu'il restait Grebb dans ma famille, un elfe de maison au service des Lestrange depuis bien longtemps. Je l'aimais bien, et je le savais vraiment satisfait de ce petit gallion d'or qu'il gagnait chaque mois grâce aux effort de Mrs Weasley.
Comme quoi la volonté pouvait donné un petit coup de pouce à la justice.

Lorsque je vis la mine déconfite de la jeune brune face à la nouvelle, je me renfrognais, réprimant une vilaine réplique. Si elle n'était pas contente, je pouvais aussi la planter là et passer ma journée dans mon dortoir à broyer du noir. Lorsqu'elle se retourna pour lancer un regard suppliant à la professeur de potion, je décidais de partir devant, les mains toujours glissées  dans mes poches. De mon index, je caressais ma baguette en bois de houx, attendant que la première année finisse ce petit caprice à l'entrée de l'épreuve qui se refermera bientôt sur nous, nous laissant aux prises avec notre première énigme sur trois.
J'avais hâte d'en finir.

Elle avançait presque à tatillon, comme si elle avait peur que je la  pousse dans les  marécages. Pas même un nom échangé. Il y avait mieux comme ambiance, mais ce n'était pas parce que j'étais le plus vieux que j'allais faire davantage d'efforts. Agacé, je conservais le silence jusqu'à ce que nous entendions l'énigme sifflée par des diablotins. La petite s'était enfoncé un pied dans la substance boueuse et sembla s'affoler un peu. Qu'elle froussarde celle-là. Lorsqu'elle demandait d'où cette voix venait, je lui indiquais les diablotins qui s'amusaient à se grimper les uns sur les autres jusqu'à former une petite pyramide. Cette jeune Weasley prenait de l'assurance, mais je ne répondis pas à son entrain. Evidemment que ce serait facile, sinon quel serait l'intérêt de faire participer des première année ?
Décidément, je me promis de ne plus jamais aborder cette fête avec enthousiasme. A croire que ça m'avait porté malchance, cette fois.

« Il s'agit de [MP]. » Et les diablotins s'écartèrent, la terre se durcissant en face de nous pour nous laisser progresser dans le long couloir.
Des craquements sourds attirèrent mon attention. Au milieu de ce qui ressemblait à un filet du diable flottait un petit morceau de parchemin. Pour éviter toute confusion et qu'on ne s'avance trop vers cette chose, je sortis ma baguette magique qui siffla légèrement au contact de l'air. « Accio parchemin ! ».

Dessus figurait la prochaine énigme. Je laissais la jeune Poufsouffle la lire, puis après quelques instants passés à discuter, je lui laissais le plaisir d'annoncer notre réponse à l'énigme.

© 2981 12289 0

_________________

Cosmic pieces

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Mer 16 Sep - 22:19

Pas de rose sans épines
Rose Weasley & Absolan Lestrange


Lorsque les diablotins se furent écartés pour laisser passer l'improbable duo, Rose se sentie légèrement rassurée; elle espérait que les prochaines étapes se passeraient tout aussi aisément que celle qu'ils venaient de franchir.
Ils aperçurent, à quelques mètres d'eux, une énorme plante mouvante. C'était une espèce de pieuvre végétale que Rose connaissait bien; ses parents en avaient été victimes lorsqu'ils étaient encore à Poudlard. "Un filet du diable?" Fronçant un peu plus les sourcils afin de mieux observer la chose, elle se rendit compte qu'un bout de parchemin flottait en son sein et, avant qu'elle ne puisse épeler le mot Quidditch, Absolan lança un Accio. Lorsque Rose eut à son tour l'énigme entre les mains, elle la lut attentivement...

"Sous mes habits d'améthyste se cache un bien étrange poison
Capable de taire et endormir des enfants de lune
Éveiller les esprits inconscients, écarter le sommeil de plomb
Mon symbole est donc ambivalent, à l'instar des runes."


Après un petit temps de réflexion commune, le serpent laissa la blairelle annoncer leur réponse. [MP] Cependant, la plante resta sur place à agiter ses tentacules.  

- Je ne comprends pas, il fait jour ! Ce doit être une illusion, mais dans ce cas, comment s'en débarrasser ?

Soudainement, la masse de lierres se mit à grandir, grandir, grandir... si bien qu'elle finit par former un mur de lierres imposant, plongeant le binôme dans son ombre.
Se rappelant des paroles de sa professeure, Rose se mit à mordiller sa lèvre inférieure; la magie était inefficace contre les murs du chemin, et ce filet en faisait désormais partie... Plongée dans ses réflexions, la fillette sursauta lorsqu'Absolan la fit revenir sur Terre; il montrait du doigt les dangereuses lianes du filet, qui semblaient avoir formé une espèce de parcours du combattant.

- Oh non, on va devoir passer au-travers sans la toucher... J'ai déjà vu ça dans un des films moldus que mon grand-père a ramené chez lui, sauf que les lianes étaient rouges et très tendues; drôle de plante.

Courage ou inconscience, Rose, qui était plutôt agile, ne s'en inquiéta pas davantage; elle passa au travers du filet devenu immobile avec une facilité presque déconcertante. Une fois arrivée de l'autre côté, elle repassa sa tête entre les les vrilles qui disparurent aussitôt, et comprit que seul le courage pouvait leur permettre d'avancer un peu plus dans la difficulté de l'épreuve.
Absolan, qui était resté bouche-bée devant la folie de sa cadette, la fixait. Sans doute était-il sous le choc que la timidité de la jeune fille qui l'avait suivi dans le chemin ait pu disparaitre en montrant autant d'audace, dans un moment où lui-même avait ressenti un zeste d'angoisse. Cependant, Rose n'était toujours pas rassurée par le garçon, et serra les dents devant les yeux ronds de son partenaire -ils lui donnaient un regard fou, ce qui effraya un peu plus la blairelle.

Toutefois, l'épreuve commençait à lui plaire. La jaune fit volte-face et marcha avec entrain -presque en sautillant- en attendant que la prochaine énigme leur soit annoncée.




Epreuve de Cassiopea Sinistro
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1240
Date d'inscription : 02/09/2015
avatar
Absolan Lestrange
Capitaine Serpentard
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Mar 22 Sep - 13:04


Epreuve de Cassiopea L. Sinistro
Un jour de festivités. De quoi être de bonne humeur non ?
Le petit bout de parchemin vola docilement vers ma main et je le tendis à la jeune blairelle, qui s'en empara et le lut à voix haute.

« Sous mes habits d'améthyste se cache un bien étrange poison
Capable de taire et endormir des enfants de lune
Éveiller les esprits inconscients, écarter le sommeil de plomb
Mon symbole est donc ambivalent, à l'instar des runes.
»

J'écoutais chaque mot avec attention, réfléchissant en même temps à ce que cela pourrait être. Plusieurs solutions s'imposèrent à moi et j'essayais d'étayer ma réflexion en comparant chaque solution avec les mots de cette énigme. Nous mîmes plus de temps à donner une réponse concrète, que nous espérions bien entendu être la bonne. Lorsque la réponse fut prononcée, cette espèce de filet du diable se mit en mouvement sous nos yeux captivés.

« Je ne comprends pas, il fait jour ! Ce doit être une illusion, mais dans ce cas, comment s'en débarrasser ? »

La plante décrivit une sorte de cercle autour de nous, avant de nous enfermer dans une quasi-obscurité. Cherchant la faible source de lumière, je repérais une petite sortie, à peine assez grande pour que la jeune Poufsouffle s'y glisse. Bon, cette affaire semblait être mal partie pour mon cas. J'avais beau ne pas être un garçon très épais, je doutais fortement de pouvoir passer par cette échappatoire sans toucher les bords du carré presque parfait formé par cette plante magique. La même pensée que Rose passa dans mon esprit ; ici, la magie n'avait aucun effet contre les murs. Puisque le filet du diable semblait s'être matérialisé en cage, je ne pouvais donc pas utiliser de sortilège pour le démanteler. J'analysais rapidement la situation, sans pour autant trouver une autre solution que de traverser cet endroit sans toucher les lianes. La petite Weasley semblait perdue dans ses pensées, et j'effleurais son bras pour attirer son attention. J'entrepris de lui montrer l'évidence : il fallait qu'on sorte d'ici sans toucher la moindre liane pour défaire l'enchantement. Je n'eus pas besoin de le lui expliquer avec des mots, car elle sembla l'avoir deviné par elle-même.

« Oh non, on va devoir passer au-travers sans la toucher... J'ai déjà vu ça dans un des films moldus que mon grand-père a ramené chez lui, sauf que les lianes étaient rouges et très tendues; drôle de plante. »

Je haussais un sourcil sans vraiment comprendre de quoi elle me parlait. Quoi de plus normal quand on savait que chez moi, tout ce qui touchait à la culture moldue était proscrit. Un jour, j'avais essayé de lire un livre, ce que les moldus appelaient « romans » et écrit par un sorcier né-moldu, expliquant les rudiments de leur culture, mais ma mère avait une sorte de sixième sens pour les repérer et me les confisquer. En fait, elle l'avait jeté au feu.

« Tu t'empoisonnes l'esprit, Rodolphus ! Que dirait ton père ! »

Je me moquais de ce que pouvait bien penser Rabastan Lestrange. Il était toujours à Azkaban et il y restera jusqu'à la fin de ses jours, ce qui aurait dû être le cas de ma mère si elle ne m'avait pas eu dans son ventre. Je n'avais été qu'une porte de sortie.
Le pire dans tout cela, c'était quand elle m'appelait comme mon grand-père paternel. Rodolphus. Qui au passage était mon deuxième prénom. Elle ne me voyait pas comme autre chose qu'un potentiel Mangemort qui pourrait sauver l'honneur de sa famille et des mages noirs. Elle me voyait comme une larve d'abeille perdue dans une grande ruche et ayant du potentiel à devenir reine. Chose qui était bien loin de se produire.
En bref, je n'avais pas le droit de m'intéresser à d'autres ouvrages que ceux touchant purement à la sorcellerie. Des bouquins ennuyeux et poussiéreux qui traînaient dans la bibliothèque familiale, seule chose que ma mère avait pu garder de son ancienne vie en dehors de ses idées stupides. A force de les feuilleter, je les connaissais presque sur le bout des doigts.

Je revins à la réalité lorsque la jeune Weasley s'engouffra dans ce dédale de lianes sans en toucher une seule. Elle avait l'avantage d'être petite et toute fine. Son agilité me déconcerta un instant, mais elle avait surtout l'air d'être ravie de mettre de la distance entre elle et moi. En même temps, je lui avais clairement témoigné de l'ignorance, alors quoi de plus normal ? Je restais là, bouche-bée à l'observer de l'autre bout de cette petite pièce, après qu'elle ait franchi la sortie. Il fallait que j'avance et que je retire cet air abasourdi de mon visage.
Essayant de me détendre, je rangeais mes bras le long de mon corps et retins ma respiration en franchissant les premières lianes sans les toucher. Des vagues d'angoisse me submergeaient et durant un instant je me crus incapable d'avancer davantage, en prise à une sensation de claustrophobie intense. Je fermais les yeux, bloqué dans un couloir de liane qui me donnait des sueurs froides. Si j'en effleurais une, que se passerait-il ? J'essayais de me rassurer en me disant que Miss Sinistro n'avait pas conçu cette épreuve pour que nous soyons en danger, mais mon cortex reptilien s'affairait à m'empêcher de me détendre.

Je mis beaucoup plus de temps que la jeune Poufsouffle à franchir l'épreuve, me rendant compte que je devais avoir l'air d'un lâche, à hésiter comme cela. Elle avait franchit l'épreuve avec tant d'aisance qu'on pourrait penser que c'était facile, en tout cas pas impossible. Je devais donner l'impression d'être une personne plus effrayante que dangereuse, que quand il s'agissait d'être en mauvaise posture notre air narquois se volatilisait en expression de peur. L'effigie de ma famille. Une vague de honte me submergea, et je sentis mes jambes s'engourdir, presque trembler tant j'étais crispé. Je me sentais faible, médiocre, et un voile de désespoir passa dans mon regard. J'étais à la fois concentré et perdu dans mes pensées. Cependant, la jeune blairelle ne pouvait pas l'apercevoir grâce à la pénombre qui me renfermait en son sein.
Et soudain, je me retrouvais en face de la sortie. Dernière manœuvre dangereuse. J'étais fort pâle, face à la lumière blanche qui émanait d'on-ne-savait-où. Je jetais un bref regard à la jeune fille, le bleu acier de mes yeux paraissant encore plus froid avec cette lumière blafarde. J'entrepris tout d'abord de retirer ma robe de sorcier, la laissant tomber au-dehors du dédale. Cela m'évitera d'être encombré. Crispé, j'entrepris lentement de me replier et de passer par cette petite fenêtre de verdure. Le temps me parut long, tant je ralentissais mes mouvements de façon à ne pas toucher les lianes. Une fois au-dehors, c'était comme si je respirais pour la première fois. Je tournais la dos à la Weasley, profondément agacé par l'état dans lequel je m'étais mis pour cette épreuve, par ces sombres pensées qui tourmentaient encore mon esprit.

Mes esprits retrouvés, j'enfilais ma robe de sorcier de nouveau et nous continuâmes notre chemin sur une sorte de sentier de terre battu. Elle paraissait presque enjouée et moi encore plus renfermé qu'avant. Peu importait, j'étais dans un espèce d'autre monde.

Longues minutes plus tard. Nouvelle pièce.
Ce qui ressemblait à un gros bloc de charbon nous coupait la route. Sceptique, je ralentis l'allure et essayais de le contourner, prenant la tête du duo. Un sifflement m'alerta et je me plaquais la seconde d'après contre le mur de feuillage derrière moi. Le rocher se mit en mouvement, jusqu'à nous laisser découvrir des pattes et un corps plus allongé qu'on l'aurait crut. Une acromentula.
Le fin duvet de ma nuque se hérissa soudainement, tandis que je fis mon possible pour me décaler vers la gauche, pour mettre davantage de distance entre la créature et moi. Ses mandibules claquèrent l'une contre l'autre et ses immenses yeux brillants nous fixaient. Les poils de ses pattes étaient plus longs que mes cheveux et lorsqu'elle se déplaçait, ses pas provoquaient un bruit sourd sur le sol.

Pas de danger. C'était une blague ?  

Le premier réflexe de tout humain aurait été de s'enfuir bien entendu. Mais je demeurais paralysé de longues secondes devant l'araignée géante. Elles étaient comme on les décrivait dans les livres, grandes et terrifiantes. Reprenant enfin contact avec la réalité et me rendant compte du danger, je m'orientais vers la petite blairelle, la poussant d'une pression du bras - peut-être trop forte - à courir. Il fallait gagner du temps et dans les fins couloirs de cette espèce de labyrinthe, nous avions un avantage de gabarit. Mais cela n'était qu'une question de temps.

« Par Merlin, cours ! »


© 2981 12289 0

_________________

Cosmic pieces

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Dim 4 Oct - 16:49

Pas de rose sans épines
Rose Weasley & Absolan Lestrange


Lorsqu'Asbolan eut enfin rejoint -non sans difficulté- la blairelle de l'autre côté de la pieuvre végétale, celui-ci pris l'initiative de prendre la tête du groupe; peut-être pour montrer que lui non plus n'avait pas peur de ce qui les attendait.
Alors qu'ils avançaient non sans mal sur le chemin terreux qui leur semblait matelassé, ils virent au loin une énorme forme noire; Absolan laissa entendre à la jeune fille qu'il s'agissait d'un gros bloc de charbon, mais cette-dernière le trouvait étonnamment... poilu. Alors que le Serpentard essayait de contourner cet objet non-identifié, Rose remarqua qu'un rouleau de parchemin enlaçait un bout de ce gigantesque bloc. Malgré ses doutes quant à la véritable nature de l'obstacle, la blairelle tendit sa main glacée et attrapa le papier qui se déroula de la patte du bloc de charbon. "La patte...?"
Un sifflement aigu retentit dans l'air, obligeant le binôme à se boucher les oreilles tant le son leur était insupportable. Les soupçons de Rose s'avéraient exacts, et elle vit se déplier sous son regard ébahi les longues pattes du pire cauchemar de son père... Une acromentule. Clouée sur place, la Poufsouffle observait bouche-bée ses énormissimes mandibules claquer à tout va et, alors que la reine des araignées s'apprêtait à piétiner la jeune fille, cette-dernière senti une pression sur son bras; une pression tellement forte qu'elle était sûre d'en garder les marques pendant au moins une semaine. S'agissait-il du venin d'un rejeton du monstre que Rose n'avait jusque là pas remarqué ? Elle n'eut pas le temps de s'imaginer le poison se répandre dans ses veines, non; car cette pression si soudaine n'était autre que l'oeuvre d'Absolan, il était en train de la tirer brutalement vers lui pour la... protéger ?

- Par Merlin, cours !

Ni une ni deux, Rose fut entrainée au pas de course par le serpent qui se dirigeait vers les recoins les plus étroits du chemin verdoyant. La terre battue qui s'étendait sous leurs pieds n'était pas pour arranger leur vitesse, mais l'acromentule n'avait apparemment pas l'intention de les poursuivre; elle préférait faire les cent pas très bruyamment, sans doute dans l'espoir d'éloigner tout humain de la sortie. Malheureusement pour les deux bruns, son plan fonctionnait à merveille.
Rose se creusait la tête en fixant Absolan droit dans les yeux. Pourquoi ne l'avait-il pas laissé à la merci de ce monstre poilu ? Lorsqu'elle réalisa que sans lui elle serait sans aucun doute en train de souffrir le martyr dans la boue, sous les nombreux yeux de la bête affamée, la fillette sentit son regard s'humidifier. Il lui était impossible de remercier le jeune homme sans attirer l'attention de l'horreur qui gardait l'accès à la prochaine énigme... "Mais oui! L'énigme!"
La Weasley déroula le bout de parchemin qu'elle avait subtilisé quelques minutes plus tôt.


Enigme a écrit:
"Souillant d'un éclat argenté une robe immaculée
J'emporte avec moi un Être innocent et pur.
Au prix de mon sang, j'ai accordé une survie peu méritée
A un Être qui s'est élevé dans le meurtre et la torture."


Une note indiquait qu'à partir de la lecture de l'énigme, les participants n'avaient que cinq minutes pour trouver la bonne réponse; sinon, il se feraient dévorer, ou pire, disqualifier...

- Un éclat argenté... un être innocent et pur... sang... survie peu méritée..., chuchota Rose.

Sous le regard interrogateur d'Absolan, la blairelle lui fit part de ses interrogations... à l'évidence il pourrait s'agir de (MP), c'est un fluide argenté issu d'un être innocent et pur, qui a sauvé Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom; cependant l'expression "Au prix de mon sang" perturbait le binôme. Et s'ils annonçaient la mauvaise réponse ? Que se passerait-il ? Il fallait qu'ils réfléchissent davantage...

Tic, tac, tic, tac... L'acromentule prenait un malin plaisir à faire claquer ses mandibules au même rythme qu'une horloge. Il ne restait que quelques secondes aux deux élèves avant la fin du décompte.

10, 9, 8, 7...

- Je n'vois pas ce que ça peut être d'autre...

Malgré les réticences d'Absolan à annoncer une telle réponse sans en être à 100% sûr, Rose n'attendit pas une seconde de plus et cria bien fort la réponse attendue. (MP)
L'échos des dernières paroles de la fillettes fit s'envoler les quelques oiseaux présents parmi les branchages de l'étrange chemin. Plus un son. Absolan passa la tête en-dehors de leur cachette provisoire afin de s'assurer que la bestiole avait disparu; or, il n'en était rien. La monstruosité était toujours présente; cependant, elle semblait immobilisée, comme figée dans le temps.
Doucement mais sûrement, le binôme s'approcha de nouveau de la masse poilue devenue inoffensive. Apparemment, leur réponse avait été la bonne; maintenant, il fallait qu'ils choisissent un des chemins situés derrière cette-dernière.





Epreuve de Cassiopea Sinistro
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1240
Date d'inscription : 02/09/2015
avatar
Absolan Lestrange
Capitaine Serpentard
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Mer 21 Oct - 14:35


Epreuve de Cassiopea L. Sinistro
Un jour de festivités. De quoi être de bonne humeur non ?
Cette journée promettait décidément d'être longue. C'était ma dernière épreuve, mais encore fallait-il que je la termine.

Quelques peu essoufflé, je me permets un petit temps de récupération. Le dos voûté, mes mains maintenaient mon corps en s'appuyant sur mes genoux. Quelques gouttes de sueurs avaient commencé à se former sur mon front, et j'essuyais cela d'un revers de ma manche. De toute façon, dès la première tâche nos robes de sorciers étaient lavés et récurées par les elfes. Et si nous ne passions pas par cette étape, il existait toujours quelques sortilèges pour limiter les dégâts.
Quoi qu'il en soit, l'énorme créature semblait ne pas nous avoir poursuivis, sinon nous serions toujours en train de courir. Je jette alors un bref coup d’œil à la blairelle, qui finit par s'éterniser. Elle tenait entre ses doigts un bout de parchemin.

« Où as-tu trouvé ça ? » Demanda-t-il soudainement entre deux souffles. Il se redressa, et s'approcha de la première année. Il lut à son tour ce qui semblait être la troisième et dernière énigme de l'épreuve de Miss Sinistro.

« Un éclat argenté... un être innocent et pur... sang... survie peu méritée... » Chuchotais la jeune Poufsouffle.

Elle semblait très déterminée à trouver la réponse, mais j'avais du mal à me concentrer. L'adrénaline coulait encore dans mes veines, et j'avais du mal à m'en défaire, à m'en remettre complètement. Depuis le début de cette année, il m'arrivait bien plus de rebondissements qu'en cinq années d'études, bien qu'aucun n'ait été très calme de base. Je me souvenais de cette aventure dans le couloir Interdit, de la morsure de cette petite Serpentard qui ne m'avait pas loupé. Ma main s'en souvenait encore.

Puis je décidais de m'étirer, essayant de me concentrer par tous les moyens, jusqu'à faire le vide dans mon esprit. Je n'aimais pas les énigmes. Je préférais quand les choses étaient claires et bien formulées. Je fis part de mes idées à la jeune Poufsouffle, qui se donna la peine de clamer la réponse. Ceci dit, rien ne se passa. Seuls les bruits sourds des pas de l'Acromentule nous indiqua que rien n'avait changé. Par conséquent, cela ne devait pas être la bonne réponse.

« C'est forcément autre chose... »

Je tournais en rond, faisant les cent pas, mon esprit demeurant bloqués sur mes cours d'Histoire de la Magie qui était à la source de notre première réponse. Je commençais à m'agacer, à virer de bord à chaque fois que j'écartais une nouvelle piste de mon esprit. Je n'écoutais que d'une oreille les propositions de la petite fille, les rejetant pour certaines d'un froncement de sourcils éloquent. Je commençais à buter dans la terre battue par agacement, ayant glissé mes mains dans les poches amples de ma robe de sorciers arborant l'écusson de ma maison. Puis soudainement, la brune clama une autre réponse, sans m'avoir vraiment consulté. Fort mécontent par le temps qu'il nous restait et par le fait qu'elle ne m'ait pas consulté, je la fusillais du regard un instant.

Enfin, je passais la tête en dehors de notre petite cachette, et vit que l'Acromentule s'était figée. Etait-ce une ruse pour que nous baissions notre garde ? J'émettais quelques doutes là-dessus. Je doutais fortement qu'une araignée puisse être assez intelligente pour feinter son adversaire.
Ceci dit je n'avais pas la science infuse.

Le duo s'approcha de la créature, qui ne bougea toujours pas. Je donnais quelques coups sur une des pattes à l'aide de mes doigts. La peau duveteuse de l'aiagnée était glaciale et m'arrache un frisson.
« On dégage d'ici. » Déclarais-je avant de prendre l'un des deux chemins, au hasard. Et qui fut celui de gauche.

Le tunnel fut long, si bien que je me demandais si je n'avais pas pris le mauvais chemin. Je laissais la petite fille un peu en retrait, ayant pris la tête de l'équipe. Quelque chose, comme un reflet, brilla au loin. J'en conclus qu'il s'agissait de la sortie. Ou pas ?

© 2981 12289 0

_________________

Cosmic pieces

©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   Jeu 29 Oct - 12:51

Pas de rose sans épines
Rose Weasley & Absolan Lestrange


Rose suivit son camarade dans le chemin situé le plus à gauche; il était sombre, assez étroit, mais surtout très long...
Alors qu'ils marchaient dans cet amas de poussière, la blairelle toussota avant de s'adresser à Absolan.

- Au fait, je voulais te remercier pour tout à l'heure, si tu ne m'avais pas emmené loin de cette Acromentule, j'aurais peut-être fini dans son estomac...


La jeune fille n'était évidemment pas au courant que l'énorme bestiole avait été rendue inoffensive par sa professeure, mais elle était redevable envers le serpent. Après tout, peut-être l'avait-elle mal jugé? Il aurait très bien pu sauver sa peau en la laissant plantée là, en guise d'apéritif pour la gigantesque masse de poils.

Alors qu'ils continuaient leur ascension dans cet étrange chemin, ils aperçurent au loin une petite lumière qui semblait leur indiquer la sortie; une fois de plus, Absolan pressa le bras de la Poufsouffle afin qu'ils puissent tous deux accélérer. Essayant d'esquiver les nombreuses toiles d'araignées sur son passage, Rose remarqua que les murs végétaux laissaient peu à peu place à de vieilles boiseries qui ne semblaient plus très... fraiches. Une odeur de renfermé attaqua les narines de notre binôme qui, arrivé au bout de ce long couloir, se rendit compte que la lumière qu'ils avaient aperçu n'était autre que la lueur d'une bougie; celle-ci flottait dans les airs afin d'éclairer l'espace devenu beaucoup trop sombre pour qu'on puisse y voir quoi que ce soit. Mis à part une chose : un vieux parchemin effrité.

- Je crois que Mme Sinistro n'en a pas encore terminé avec nous... annonça Rose dans un soupir.

La fillette laissa le Serpentard s'emparer de leur découverte, et lire à haute voix.


Parchemin a écrit:
"Moldue et à la fois sorcière, je tourmente les jardins
Tour à tour délaissée, plaie et bénédiction
Ma douloureuse caresse éloignent vos mains
Mais en tisane, soupe, ou sous forme de potion
J'égaye vos disgracieux matins
Adieu soucis de peau et lotions."


Lorsqu'Absolan eu fini de lire les inscriptions, le chemin se referma derrière eux, ils étaient enfermés dans ce qui semblait être un placard à balais. La poussière et les toiles d'araignées présentes dans cette pièce la rendait plus étouffante qu'ils ne l'auraient voulu.
Allaient-ils rester indéfiniment dans cet endroit s'ils ne trouvaient pas la réponse à la dernière énigme ? Rose n'avait pour une fois aucune idée de la réponse exacte, elle n'avait encore jamais entendu parler de ce genre de plante dans son cours de botanique. Cependant, cela lui rappela un souvenir de l'été dernier.

Son père, Ron Weasley, avait voulu l'entraîner au Quidditch. "Tu pourras réduire en bouilli le p'tit Malefoy et son équipe de vipères !" Plus par pitié pour son père, que par réelle haine des Serpentards (qu'elle avait tout de même failli rejoindre), la jeune fille accepta de bon cœur.
Le rouquin l'avait placée au poste de poursuiveuse, et avait gardé son ancien poste de gardien qu'il affectionnait tant; Hugo -son petit frère- quant à lui, s'amusait à jouer les supporters. Bien qu'ils n'étaient que deux sur le terrain et que Rose planait sur un balais volant destiné aux enfants, celle-ci impressionna son cher papa en envoyant le souaffle bien plus loin qu'il ne l'aurait espéré; il s'était embourbé dans un coin délaissé du jardin familial, où les plantes qui y avaient poussé préféraient qu'on ne leur rende pas visite.
Désireux d'impressionner à son tour sa petite fille chérie, Mr Weasley plongea son bras veineux d'excitation dans les diverses lianes et autres mauvaises plantes qui s'y épanouissaient. Soudain, il cria... non, il hurla ! Une araignée ? Le fantôme de Lavande Brown ? Non non, juste une plante.
La mère de Rose et Hugo, interpelée par ces cris, sortit de la maison et accouru dans le jardin. "Que se passe-t-il ? Rose, Hugo !? Tout va bien ?" Les enfants acquiescèrent et montrèrent du doigt leur petit papa aux joues remplies de larmes. Il avait été comme piqué, et tout son avant-bras était devenu rosé et bombé.

Le souvenir de Rose s'arrêta au moment où sa mère, Hermione, se moqua de son mari, qui semblait -à son humble avis- pleurnicher pour trois fois rien. Ce n'était qu'une... une quoi déjà ? La mémoire de la fillette lui jouait des tours, elle n'arrivait plus à trouver le nom de cette plante qui avait "méchamment attaqué" son père, selon les dires de ce-dernier. Tout ce dont elle se rappelait, c'est que le nom de cette plante commençait par la lettre O.
La blairelle fit par de ses interrogations au vert sans pour autant lui raconter toute l'histoire. Peut-être que lui, avec ses quelques années d'avance, pourrait trouver la réponse plus facilement ? Espérant de tout cœur que le garçon ait étudié ce type de plante, Rose lui laissa le soin de répondre...





Epreuve de Cassiopea Sinistro
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Epreuve d'intégration] Pas de rose sans épines - Absolan Lestrange
» Des idées pour faciliter l'intégration?
» Essai de campagne d'intégration
» Journée d'intégration ! [Bizutage][Terminé]
» [Event 1] Soirée d'intégration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: RP :: [1er événement] Journée d'intégration :: Épreuves de Cassiopea L. Sinistro-