AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diane Lacroix Invité
MessageSujet: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Mar 8 Déc - 22:48

Cette journée n’aurait pas pu commencer mieux, j’avais bêtement cassé ma baguette. Bien que je ne l’utilisais pas souvent, cela m’embêtait grandement. Comment était-ce arrivé ? Un accident bête comme toujours avec moi, je l’avais laissé traîner dans mon bureau … à côté de ma cage à lutins. La bestiole avait rompu ma baguette si facilement, j’étais restée spectatrice de la scène admirant la détermination de la créature. J’en avais oublié ma pauvre baguette en train de souffrir entre ses petites mains bleues. Le pire était que j’avais félicité mon petit lutin pour ce tour de force avant de le disputer. C’était stérile et je le savais mais je ne pouvais pas m’empêcher de lui parler comme à une personne. Il fallait peut être que je pense à lui donner un nom.

Voilà pourquoi, je me trouvais devant Ollivanders après des années. Les autres fois où ma baguette a failli rendre l’âme, je n’étais pas proche de la boutique londonienne. Ne voulant pas trop transplaner, j’avais opté pour des réparateurs locaux et je le regrettais un peu … Ma baguette ne ressemblant plus à une baguette digne de ce nom. Elle était tordue et rafistoler avec les moyens du bord. Je me demandais comment elle pouvait rester intacte dans ma main. Vu son état, elle aurait dû se réduire en poussières rien qu’au contact de mes doigts. Je soupirai en entrant dans la boutique, un sourire apparut sur mes lèvres. Rien n’avait trop bougé depuis mes 11 ans, ce qui faisait … 19 ans quand même. Je fis rouler ma baguette entre mes doigts en cherchant un réparateur. Quand mes yeux tombèrent enfin sur cette personne, elle me parut familière. Je n’avais pas une très bonne mémoire des visages mais cet homme, je le connaissais. Je m’approchai de lui et je le reconnus enfin : Dennis Crivey, un de mes aînés à Poudlard. Ça me faisait plaisir de le voir là, même si je doutais qu’il se souvienne de moi.
« Bonjour. Alors comme ça Dennis Crivey est devenu employé chez Ollivanders ? Intéressant … »
Pourquoi je ne m’étais pas présentée ? Parce que ça me semblait plus drôle de voir l’homme plus âgé que moi chercher dans les tréfonds de sa mémoire où il m’avait connu. Comment ça c’est très Serpentard ? Non pas du tout, j’étais une lionne et je le restais. Tout d’un coup, je me rendis compte que je présentais à mon aîné une baguette qui semblait être passée sous un troupeau de licornes alors qu’il travaillait chez Ollivanders, j’eus un peu honte. J’aurai préféré que le réparateur me soit inconnu d’un coup, je n’aurai pas être gênée de l’état pitoyable de ma baguette. J’adorais cette baguette mais j’étais un peu trop maladroite pour sa survie. Mes yeux continuèrent de fixer Crivey, le courage des gryffondors avait chassé la gêne dans mon regard, du moins, je l’espérais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Sam 12 Déc - 23:15


SOS : baguette en danger
Feat. Diane Lacroix
Dennis était tranquillement en train de nettoyer son établi quand la porte de la boutique s’ouvrit. Depuis quelques années qu’il était installé ici, à Pré-au-Lard, il avait appris à reconnaître le bruit très caractéristique de sa porte, qui grinçait un peu. Il n’avait pas accroché de clochette à la porte, et se contentait d’épier le grincement depuis son atelier, quand il n’était pas au comptoir. La foule ne se pressait pas dans son magasin, rares étaient les sorciers qui venaient faire du lèche-vitrines dans une boutique qui vendait principalement des baguettes. Ce n’était pas quelque chose dont on changeait régulièrement, la baguette et le sorcier étant généralement complémentaires. Étant donné qu’il faisait principalement de la réparation, Dennis ne comptait pas non plus beaucoup d’habitués. Même les maladroits les plus chroniques faisaient attention à leur baguettes. Tout ça pour dire qu’il reconnaîtrait entre mille le grincement de sa porte et que lorsqu’il retentit, ce jour là, il reposa soigneusement la brosse qu’il utilisait pour nettoyer son établi, ôta ses gants et releva la tête.

Des pas résonnèrent sur le plancher et il chercha de ses yeux clairs son nouveau client. Repérant la jeune femme qui venait de rentrer, il fronça légèrement les sourcils, en tout cas, plus que d’ordinaire, et se demanda d’où il pouvait bien la connaître. Vu son âge, il ne la connaissait pas de l’époque où il bossait sur le Chemin de Traverse avec Ollivander père et fils, alors l’hypothèse de Poudlard était la plus probable… et vu que le visage de la nouvelle venue lui était fortement familier, il devait s’agir d’une Gryffondor. Son nom, par contre… Se grattant la tête, il s’accouda au comptoir et la laissa s’approcher. Visiblement, elle le connaissait au moins de nom. Il n’avait pourtant pas eu l’impression de se rendre sympathique auprès des plus jeunes, à l’époque… il était très nul avec les noms et les visages…

Faut croire que même Dennis Crivey a des factures à payer…” répondit-il d’une voix rendue rauque de ne pas l’avoir utilisée depuis plusieurs heures… quand il disait qu’il n’avait pas beaucoup de clients ! Il se racla la gorge en la dévisageant tandis qu’elle avait l’air d’hésiter. Allez, il allait bien se souvenir de son nom, son visage lui revenait, là ! C’était un nom français… La quelque chose… Lavoie ? Lacroix ? Oui, voilà, c’était ça ! Diane Lacroix.

Il se détendit un peu lorsqu’il eut enfin un nom en tête et tendit la main pour qu’elle lui confie sa baguette.

Allez, donne-moi ça, Lacroix, que je regarde les dégâts. Qu’est-ce qu’il s’est passé ?” demanda-t-il sans délicatesse. Elle n’était certainement pas là pour taper la discute, sinon elle ne serait pas venue le voir lui. Essayer de discuter avec lui, c’était comme essayer de faire rire Rogue. Sauf que Rogue était mort… un peu comme le talent de Dennis pour le bavardage. Ce qui ne voulait pas dire qu’il n’aimait pas ça, juste qu’il était un peu trop bourru pour être sympathique, il en était conscient.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Dim 13 Déc - 12:21

Tiens ? Dennis Crivey se souvenait de mon prénom et mon nom de famille. Un peu plus et j’aurai sauté de joie. J’étais peut-être un peu trop enthousiaste, mais avoir marqué l’esprit d’un de mes aînés. Même si j’espérais qu’il se souvienne que de mon nom et pas de maladresse ou quelque chose d’autre. Je regardai ma baguette qui se trouvait dans ses mains et le regardai vraiment gênée.

« Depuis le début ou depuis ce matin ? Ok, je vais partir du début … Euh … Troll des montagnes s’est assis dessus, mon chinchilla l’a grignoté et un lutin s’est amusé à la casser ce matin. »

Bon … J’aurai peut-être dû y mettre un sort de protection. Bref, je devrais vraiment trouver une solution pour la garder en bonne état, sinon j’allais devenir une cliente régulière de la boutique de Crivey. Pendant qu’il inspectait ma baguette, je ne pus m’empêcher de regarder l’ex-gryffondor. Il avait pris de l’âge, comme moi d’ailleurs, mais j’étais soulagée de voir qu’il semblait moins malheureux qu’à Poudlard. La mort de son frère l’avait vraiment ébranlé de ce qu’on m’avait raconté. Je détournai le regard, fixer quelqu’un comme ça le rendait souvent mal à l’aise. Regarder longuement quelqu’un me venait sûrement des traques.

« Je ne t’imaginais pas dans une boutique comme ça. Je m’attendais à quelque chose de plus … flamboyant peut-être. Mais en y réfléchissant bien, je ne m’imaginais pas non plus en tant que professeur à Poudlard. »

Ma dernière phrase était plus un murmure pour moi-même qu’autre chose. C’est vrai que sans mon père, je n’aurai plus jamais mis les pieds dans cette école où j’avais tant de souvenirs. Si je n’avais pas postulé à Poudlard, je serai sûrement en Afrique pour le nundu et en Hongrie pour revoir le magyar à pointes. Mais comme le disait Dennis, il y avait des factures à payer malheureusement. Même si avec mes recherches, je m’en sortais à peu près.

« Comme tu dis … Nous avons des factures à payer et une famille à soutenir. »

Une famille à soutenir ? D’où est-ce que je sortais ça ? La seule famille que j’avais était mes deux pères. Au grand désespoir de ces derniers d’ailleurs … Je voyais déjà leur mine quand il me verrait débarquer toute seule à Noël. Je savais que je parlais sûrement toute seule, Dennis n'était pas vraiment connu pour son éloquence après tout. J'avais l'habitude de parler seule ça ne me dérangeait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Jeu 17 Déc - 21:49


SOS : baguette en danger
Feat. Diane Lacroix

Dennis tourna et retourna avec une précaution extrême la baguette de Diane entre ses mains. Ses mouvements délicats et précis tranchaient avec son attitude un peu rustre. Il la manipulait du bout des doigts, les sourcils légèrement froncés en écoutant la jeune femme lui raconter ce  qu’elle avait bien pu fabriquer pour que sa baguette finisse comme ça. Franchement, ça relevait d’un certain talent, de la mettre dans cet état. Lorsqu’elle énuméra toutes les créatures qui étaient passées sur cette pauvre baguette, il releva la tête et la regarda en roulant des yeux effarés. Pour lui, les baguettes étaient un prolongement du sorcier, au même titre qu’un autre membre. Alors la laisser à portée d’un troll, d’un lutin ou même d’un chinchilla… Lui-même ne laissait jamais ses deux rats sortir de leur cage dans le magasin ! Et pourtant Cortex était plutôt du genre à se mordiller frénétiquement la queue qu’à aller grignoter un bout de bois traînant par terre. Il secoua donc la tête, l’air désespéré et la regarda sévèrement. Pour Dennis, les baguettes, c’était IMPORTANT, ok ?

Ne crois pas que je veux te pousser à l’achat, mais on vend un article merveilleux, ici, ça s’appelle un étui à baguette” lui lança-t-il avec peut être un poil trop de sarcasme pour être vraiment agréable. “Ça se fixe au bras, à la taille, à la ceinture, bref, là où tu veux… et ça évite ce genre d’incidents regrettables.

Dennis remonta la manche de son pull pour démontrer. Attaché à son avant-bras, un étui en cuir tout simple renfermait sa baguette, il pouvait l’en sortir très rapidement et ne jamais la perdre. Quand on travaillait dans un magasin où il y en avait des centaines, il fallait au moins ça pour être sûr de ne pas perdre la sienne. Bien évidemment, ce n’était pas lui qui avait inventé le concept de l’étui, mais il s’était fait le serment de participer à sa démocratisation. Il y avait des inventions qui méritaient vraiment de se développer. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi tous les sorciers n’en avait pas un…et oui, il savait que c’était ce genre de philosophie qui poussaient à la surconsommation. Le capitalisme menaçait le monde sorcier, tout ça tout ça…

Lorsque Diane admit être surprise de le voir ici, Dennis choisit de ne pas relever. Il ne voyait pas trop quoi lui dire. Ils n’avaient pas vraiment été proches à Poudlard, mais elle savait suffisamment se servir de ses yeux pour reconnaître que son choix de carrière n’était pas des plus évidents. Même pour lui, à dire vrai… C’est pour ça qu’il se contenta de hausser une épaule en rebondissant plutôt sur la fin de sa phrase.

Prof à Poudlard ?” répéta-t-il, l’air impressionné. Il réfléchit une seconde, repensant à ce qu’elle venait de dire et baissant les yeux vers sa baguette. Vu le nombre de bestioles qui étaient passées dessus, il avait bien une petite idée. “Laisse-moi deviner… Soins aux créatures magiques ?

Il lui lança un sourire gentiment moqueur en tirant de sous le comptoir un morceau de tissu sur lequel il déposa la baguette de Diane pour commencer à l’examiner plus sérieusement. En réalité, il était plutôt impressionné : Poudlard était peut être la seule école de magie britannique, mais elle avait quand même une belle réputation à l’international. Ils voyaient passer suffisamment de sorciers étrangers chez Ollivanders pour le savoir.

Une famille à soutenir ? Tu parles de tes parents ou... ?” demanda-t-il en relevant brièvement la tête, son regard clair accrochant celui de Diane. Non pas qu’il sache grand chose sur la famille de Diane, mais la famille, c’était important, alors il posait la question. Puis, parce qu’il avait “pudeur mal placée” comme deuxième prénom, enfin, comme troisième, plutôt, il retourna à son examen. Il sortit une loupe et examina de très près les endroits où le bois était fendu ou brisé. Diane avait de la chance, ça avait l’air réparable...

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Lun 28 Déc - 17:44

Un étui à baguette ? Si seulement il savait que j'en avais déjà acheté des tas, sans succès. Dennis n'avait pas besoin de savoir qu'à chaque étui acheté, Nox y élisait domicile et détruisait l'ancien. Mon chinchilla était une vraie machine de destruction massive. D'ailleurs, est ce que j'avais eu une bonne idée en le laissant dans mon appartement et plus précisément, niché au fond de mes draps ? ... Note à moi-même, aller acheter des draps avant de rentrer. Je me contentai d’hocher la tête, sa démonstration était digne d’un télé-achat moldu, ce qui me fit sourire bien évidemment. Mon cerveau enchaîna sur un Dennis Crivey habillé comme un présentateur avec un sourire des plus factices. Je serai curieuse de le voir en costume, l’ensemble devait être plaisant à regarder. Mais qu’est-ce que tu racontes ma pauvre Diane ? Le fait d’être seule depuis très longtemps devait affecter le peu de neurones sains qu’il me restait. Mais oui, c’était ça.

Ce fut à mon tour de surprendre Crivey. Professeur à Poudlard, tu ne t’y attendais pas à celle-là. Bon ok, faut que je me calme, on inspire et on expire. On essaie aussi de ne pas paraitre bêtement heureuse de son petit effet. Les années ne m’avaient pas vraiment changé de ce côté-là, Papa donc Darren disait même que s’il me voyait sautiller de joie comme une gamine, ça ne l’étonnerait même pas. D’un autre côté, en me voyant, je ne serais pas surprise non plus. Quand je voyais l’homme devant moi, je me demandais si c’était à ça que ressemblait la maturité. Je pencherai plus pour une tendance à être un ermite des temps modernes. J’étais d’ailleurs étonnée qu’il me parle autant. Je m’attendais à des grognements ou des mots d’une syllabe. Mais j’en étais très heureuse, revoir un visage quasi familier.

« Belle déduction Sherlock. »

Je ne pus m’empêcher de sourire très largement. Ou quoi Dennis ? Que sous-entendait-il ? Un petit ami ? Personne ne peut supporter mes délires avec mes bestioles. Des enfants ? Encore moins, je serais capable de les mettre en danger. Une compagne ? … Je suis hétéro donc non. Bon dieu, ma vie semblait une catastrophe sentimentale aux yeux de mes parents … et des miens à présent. Cela ne me chagrinait pas plus que ça mais toutes mes amies de Poudlard étaient déjà mariées. Je ne pouvais pas ne pas de les envier d’une certaine façon. Un de mes plus gros défauts sûrement. Je captais un instant le regard de mon vis-à-vis. Des yeux clairs comme ça, c’était vraiment humain ? Si monsieur n’était pas aussi ermite, il aurait eu pas mal de filles à ses pieds … Peut être même moi, j’osais l’avouer.

« Mes parents essentiellement. Ils me tannent pour que je fonde une famille et tout ce qui va avec. Tu dois connaître ça ? Ou il y a que mes parents qui sont dingues ? C’est aussi une possibilité. »

Je me rendis compte un peu tard que ce n’était pas si évident que Crivey ait encore ses deux parents comme moi. J’avais énormément de la chance au vu des origines de mes parents de les avoir encore. Je me souviens que mon père, Alain Lacroix, avait dû se séparer de mon papa et moi un long moment. C’était très dure, je voyais papa pleurer presque tous les jours. Je secouai la tête comme pour faire fuir mes souvenirs bien sombres. Mes yeux se reposèrent sur Dennis, c’était inévitable. Il était la seule chose vivante dans cette boutique. Bien que quelques fois je me demandais si les baguettes n’avaient pas une âme. D’ailleurs, je me souviens enfin la raison de ma venue. Mes yeux se posèrent sur ma baguette, elle me faisait mal au cœur. Elle aurait mieux fait de choisir quelqu’un d’autre que moi.

« C’est la pire baguette que tu as vue ? Ou il y a quelqu’un de pire que moi ? Dis-moi oui, ça me rassurerait vraiment … Mais je n’ai pas trop d’espoir. Cette baguette, je la plains d’être tombée sur quelqu’un comme moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Mar 29 Déc - 17:15


SOS : baguette en danger
Feat. Diane Lacroix

Le silence de Diane face à son petit discours sur l’utilité de l’étui à baguette suffit à convaincre Dennis qu’il argumentait en vain. Soit Diane faisait partie de ces sorciers qui préféraient leur baguette dans leur poche, les inconscients, soit elle n’était juste pas convaincue par les étuis. Dans les deux cas, elle n’était pas venue pour ça, et Dennis détestait faire du forcing, aussi laissa-t-il de côté ce point pour se concentrer sur l’essentiel : la baguette blessée.

Il resta penché vers la baguette, regardant à travers sa loupe, le visage quasiment collé au comptoir, mais se permit un petit sourire amusé lorsqu’elle le qualifia de Sherlock. Il lui arrivait de regarder la télé, et même s’il n’avait pas l’orientation capillaire de l’acteur de la BBC, c’était assez marrant de se voir comparé à un gars qui était encore plus antipathique et asocial que lui.

Il sentit l’hilarité dans sa voix, nul besoin de vérifier qu’elle souriait. C’était vrai que sa question faisait très vieille grand-mère qui veut interroger sa petite-fille sur l’avancement de sa vie sentimentale. En revanche, lorsque leurs regards se croisèrent, il lui sembla lire quelque chose au fond des yeux de Diane, mais l’impression fut trop brève pour qu’il en tire une conclusion quelconque. Il se contenta de se redresser pour ne pas qu’elle parle à son crâne, posant les coudes de chaque côté de la baguette sur le comptoir pour la regarder en face. Sa question sur ses parents le prit un peu au dépourvu, mais il se reprit rapidement et haussa une épaule.

Je crois que ma mère ne perd pas espoir que je me range un jour, donc je compatis... ” répondit-il. En réalité, l’espoir de sa mère concernait également son départ du monde sorcier et son installation avec une jolie jeune femme rencontrée à l’église, mais ce genre de détails n’intéressait personne, pas même lui, à dire vrai. Il ne parla pas de son père, qui lui, en revanche, se fichait qu’il se range tant qu’il rangeait sa baguette. C’était déprimant rien que d’y penser… Autant éviter d’y penser, donc.

Dennis toisa Diane en croisant les bras sur son torse pour avoir l’air plus sévère. L’air piteux de son ancienne camarade le dérida un peu et il soupira avant de répondre :

Disons qu’on dirait vraiment que tu lui en veux. Mais je ne pense pas qu’elle t’en veuille, sinon tu m’aurais rendu visite beaucoup plus tôt en te plaignant de dysfonctionnements” tenta-t-il de la rassurer. “Par contre, il faut vraiment que tu essaies d’en prendre plus soin. Je vais pouvoir te la réparer et elle devrait être comme neuve. Je peux aussi essayer de voir à y intégrer un sort anti-rongeurs. J’ai deux rats, alors crois-moi, je comprends que ça soit compliqué de les empêcher de se faire les dents dessus...

Pour les trolls et les lutins, il ne pouvait rien faire, mais ce serait toujours ça.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Invité Invité
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   Dim 3 Jan - 11:50


Sos : Baguette en danger

Dennis Crivey


Pendant l’observation de ma baguette, je pus observer le réparateur. Ce qui me fait le plus rire c’est que quand je me reculais un peu, je pouvais voir son visage à travers la loupe. Voir son visage en gros plan comme ça, c’était hilarant. Heureusement que je savais me contenir un minimum sinon Dennis allait me prendre pour une folle à rire toute seule et pour rien. Je souris juste un peu. Gamine ? Moi ? Non pas du tout, vous devez vous tromper de personne. Dennis parlait plus qu’à l’époque comme quoi c’est dur de grogner sur les gens 24/24h. Ça va ? Nnnh. T’as faim ?  Mmmh. Le châtain avait gagné beaucoup de vocabulaires avec les années.

Crivey me parlait de sa mère qui l’encourageant à lui faire des petits enfants. C’était vraiment trop mignon. Néanmoins, j’avais toujours un peu de mal quand on me parlait d’une mère, c’était un concept qui m’échappait un peu je dois l’avouer. Grandir avec deux pères m’avait forgé un caractère de casse-cou et fait de moi la femme que j’étais. Je ne regrettais absolument rien. De toute façon, qu’est-ce que cela aurait changé si j’avais eu des regrets ? Absolument rien. Ce qui s’apparente le plus d’une figure maternelle pour moi, c’était la meilleure amie de mon père. Elle s’était montré très compréhensive, surtout le jour où j’avais ramené mon premier petit copain à la maison, il n’était pas resté très longtemps vu le discours que lui a fait Alain Lacroix.

« Elle aimerait à nouveau s’occuper de mini-Criveys. J’espère qu’ils ne seront pas sorciers sinon, je vais devoir sûrement les supporter aussi. Vu ce qu’on m’a raconté sur toi pendant tes premières années, je me plains d’avance. »

Je lâchai un petit rire. Mais j’avais encore du temps devant moi pour me préparer psychologiquement à recevoir ses enfants. Pour l’instant, Madame Crivey ou Monsieur n’existait même pas. Enfin … Je crois ? J’écoutai attentivement ce que me disait le réparateur sur ma baguette. Ok, c’est officiel, je suis l’heureuse propriété d’une baguette complètement masochiste. Félicitations à moi-même. Je ne pus m’empêcher d’être heureuse, ma baguette était ma seule amie durant mes voyages. Mon petit moment de bonheur s’arrêta quand je vis que Dennis me réprimait comme une gosse turbulente. Et qu’est-ce qu’une gosse turbulente fait quand on l’engueule ? Une petite moue et des yeux de chat potté. Bon, je me contentai juste de la moue, je n’avais jamais su comme imiter le célèbre chat.

« C’est vrai, elle ne m’a jamais fait défaut. C’est d’autant plus vrai qu’un sort anti-rongeurs ne serait pas de refus. »

Il pouvait réparer le désastre ? Moi qui étais presque aller chez lui en me disant que c’était la fin. Pour un peu, j’aurai sauté au coup du châtain pour exprimer ma joie, mais c’était un peu déplacé, il fallait l’avouer. Mon sourire était bien présent sur mon visage.

« Oh merci !  Je suis coincée à Poudlard donc elle sera moins maltraitée. Comment est-ce que je pourrais te remercier ? A part te payer bien entendu. »



Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sos : Baguette en danger | Dennis Crivey [Abandonné]
» Dennis Crivey (Gryffondor)
» Dennis Crivey [Terminé]
» Dennis Crivey ~ Auror & inspecteur à la BIPM
» Dennis Crivey *insérer grognement primaire*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Impedimenta :: RP :: RP abandonnés-